Marche contre le nickel : une manifestation timide

 Collaboration spéciale - Philippe Bourque (Monlimoilou.com) Malgré la pluie et la température froide, ils étaient plus de 200 courageux à venir clamer leur indignation face au comportement de la compagnie Arrimage Québec et le Port de Québec ce dimanche. C'est d'ailleurs pour cette raison que la thématique "tous en blanc" n'était pas tellement réussie, malgré l'effort de quelques-uns pour créer la symbolique.La marche s'est donc dirigée de la 13e Rue vers la 3e Avenue, pour ensuite descendre vers son point de destination, le jardin Saint-Roch. L'ambiance était très festive, en grande partie grâce à Tint(A)nar (fanfare anarchiste intergalactique!) qui mettait un peu de lumière dans cette journée grise.Rendu à l'intersection du boulevard Charest et de la rue Du Pont, j'ai été surpris de voir que la marche continuait son chemin pour aller emprunter successivement les rues Sainte-Marguerite et Sainte-Hélène, au sud du boulevard Charest, pour se rendre aux Jardins Saint-Roch.Pourquoi avoir choisi ce parcours, était-ce une obligation de la police de Québec pour ne pas déranger la circulation? Cela ne prend que trois minutes à pied pour se rendre de la rue du Pont aux Jardins Saint-Roch par le boulevard Charest. Et le but d'une manifestation n'est-il pas de se faire voir, de colporter le message? En se cachant dans les petites rues, j'ai l'impression que le véhicule porteur d'un message a perdu de sa force de persuasion.Si aucun problème n'est en cause lorsqu'il est temps de passer sur l'artère principale de Limoilou, là où le problème est plus connu, pourquoi ne pas en faire autant dans les autres quartiers, comme Saint-Roch, Saint-Jean-Baptiste et Montcalm?Chose certaine, nous pourrons espérer une plus belle journée à la prochaine marche, pour démontrer réellement à quel point cette cause nous tient à coeur­.

Publicité