Knock-Out & racaille haut de gamme

Le Knock Out disquaire, quartier Saint-Roch
Crédit photo : Maryon Desjardins

15 h, je suis devant Le Scanner qui n’ouvre pas ses portes. C’est un bar rock que je me dis, c’est normal qu’il ouvre un peu en retard. Roxann et Jean-Philippe m’y rejoignent, ils tiennent à ce que l’entrevue se déroule à cet endroit, parce qu’ils s’y sentent chez eux, je suppose. Parce qu’elle joue du rock et qu’il en mange. Parce que leur amour de la musique semble être ce qui régule, colore, pimente, ponctue, régit leur union. Oui, ils sont mariés. Un truc un brin trash à Las Vegas, avec un prêtre Elvis et un motel miteux qu’ils me raconteront un peu plus tard, complices. Ils sont amoureux, et travaillent d’arrache-pied à tout mettre en oeuvre pour que leur commerce, Le Knock-Out, l’autre disquaire, soit prêt pour l’ouverture, début mai.

Force est de constater que nous devrons trouver une alternative. Le Scanner n’ouvrira pas. Direction La Cuisine, pas bien loin sur Saint-Vallier Est. L’endroit est presque vide. À l’exception de Samuel Matteau, vidéaste/réalisateur/créateur, qui doit s’affairer à rédiger un scénario près de la fenêtre et des deux cuisiniers qui s’agitent derrière le bar.

Il commande une pinte de blonde; elle, un verre de rouge et moi, une limonade. Je tente de retracer le fil de ma première rencontre avec Roxann, il y a quelques années. Une soirée festive au Cercle. Je me souviens, à l’époque, avoir été touchée par son authenticité. Le constat est toujours le même aujourd’hui : ces deux-là sont vrais, de vrais complices, vraiment complémentaires, ce doit être ça, avoir un coeur de rocker.

À les entendre parler, je vous assure que le Knock-Out sera à leur image de racaille haut de gamme ! Qu’il regorgera de vinyles rares et moins rares, neufs et usagés de bonne qualité, de 45 tours et de cassettes qui sauront combler les plus pointilleux amateurs de rock, métal, punk, rock garage de Québec. C’est que Jean-Philippe, mélomane/collectionneur, magasine ses 45 tours avec le même soin que s’il les ajoutait à sa collection personnelle. Le local à lui seul vaudra le détour, subtil clin d’oeil au défunt bar l’Arlequin, ancien QG des amateurs de rock/punk, dont l’habillage mural sera en partie confié à Mathieu Plasse designer graphique/artiste multidisciplinaire.

Suivez-les via Facebook. Roxanne et Jean-Philippe, en bons disquaires accueillants, vous inviteront à leurs 5 à 9 festifs et DJ sets. Rendez-vous au 832 Saint-Joseph Est, à côté du Ashton !