EXMURO : À la conquête du reste de la ville… et plus encore

Source : Le Soleil, Annie Mathieu, 4 août 2013 Après avoir investi le centre-ville, EXMURO élargit ses horizons. L’organisme, qui a égayé les boîtes électriques de Saint-Roch et à qui l’on doit la murale du bestiaire à la Pellan sur Cartier, prépare un projet visant à initier les citoyens d’autres arrondissements de Québec à l’art public. À plus long terme, il souhaite même exporter son expertise ailleurs dans la province et, pourquoi pas, aussi à l’étranger.«C’est le projet le plus ambitieux d’EXMURO à ce jour», lance son directeur général et artistique, Vincent Roy. (…)Le directeur de l’organisme souhaite aussi s’attaquer aux dessous d’autoroutes, des «lieux glauques», mais très stimulants pour les artistes, selon lui. Il cite notamment les dessous de l’autoroute Dufferin, sur Charest, qui pourraient accueillir de nouvelles oeuvres. (…)Par ailleurs, cet automne, EXMURO sera de retour au festival littéraire Québec. (…)Début avril, un oeuvre réalisée par EXMURO avait été effacée par mégarde lors du remplacement d’une boite électrique.[ Lire la suite (vidéo). ]

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir