Une histoire de coeur

Je débarque à Québec en 2002 porté, entre autres, par l’envie de mieux connaître cette ville. Naturellement attiré par les centres-villes, je découvre le quartier Saint-Roch qui laisse une trace dans mon esprit. À un point tel qu’il se rappelle à moi deux ans plus tard, alors que je cherche un sujet d’étude pour ma maîtrise. Je conclus donc ma maîtrise en aménagement du territoire et en urbanisme en plongeant un peu plus au creux de ce quartier, alors en pleine mue.Les contrastes du quartier m’intéressent; pauvres et riches s’y croisent, les bâtiments patrimoniaux cohabitent avec l’architecture contemporaine, l’épicerie économique et l’épicerie fine se partagent la rue, artistes et gens d’affaires s’y côtoient. Les avis sur le quartier sont eux aussi très partagés à l’époque – certainement plus qu’aujourd’hui. Véritable cœur vibrant de Québec pour certains, quartier en déclin et digne de peu d’intérêt pour d’autres. Je décide de me faire ma propre idée sur le quartier.Je m’enracine tranquillement dans cette ville, toujours près de son cœur. Le mien est alors occupé par une Québécoise qui vibre aussi aux chants des quartiers centraux. C’est donc en plein cœur que naîtra notre fille.Professionnellement, j’ai aussi la chance d’intervenir sur les cœurs de municipalités en étant responsable de la recherche et du développement pour un organisme qui aide les municipalités à améliorer la vitalité de leurs centres-villes et rues principales. Un travail qui m’amène à sillonner le Québec, pour toujours mieux apprécier la richesse du centre-ville de Québec, et qui me révèle aussi les défis que celui-ci doit relever.Je transmettrai à travers mes billets ce que j’ai appris et ce que j’apprends encore sur Saint-Roch, mes impressions et mes questionnements sur son histoire et son avenir. Tout cela, sans prétention, sinon celle d’un citoyen qui porte un intérêt sincère à la santé du cœur de sa ville.

Publicité