Saint-Roch dans les années 1960 : les Biscuits Leclerc et St. Lawrence Clothing | 23 janvier 2022 | Article par Jean Cazes

Les Biscuits Leclerc et St. Lawrence Clothing, anciennement sur la rue Saint-Vallier Est près de l'intersection de la rue Saint-Anselme, en 1964.

Crédit photo: Jocelyn Paquet (collection personnelle)

Saint-Roch dans les années 1960 : les Biscuits Leclerc et St. Lawrence Clothing

La série « Saint-Roch dans les années 1960 » revisite le passé du quartier à travers des images d’archives de diverses sources. Aujourd'hui, elle rappelle deux commerces qui ont occupé le même immeuble : les Biscuits Leclerc et St. Lawrence Clothing.

Publicité

Prise le 1er septembre 1964, la photo en vedette provient du fonds du collectif de photographes du Soleil, Photo Moderne. Ce fonds constitue une partie de l’impressionnante collection de négatifs de Jocelyn Paquet.

Cette image illustre l'immeuble de la rue Saint-Vallier Est qui abritait le commerce St. Lawrence Clothing. au rez-de-chaussée, et Biscuits Leclerc aux deux étages supérieurs.

Les belles heures de deux entreprises du quartier

L'usine des Biscuits Leclerc en 1932, sur la rue Saint-Vallier Est.
Crédit photo: Collection personnelle Jean-Robert Leclerc. Courtoisie.

Dans son article Le fabuleux destin des Biscuits Leclerc publié en 2020, Julie Rheaume évoque le livre Les Biscuits Leclerc : Une histoire de cœur et de pépites, de l'historienne alimentaire Catherine Ferland.

« L'entreprise Biscuits Leclerc naît en 1905 dans la cuisine familiale de François Leclerc et de Zélia Richard, dans le quartier Jacques-Cartier (Saint-Roch) de Québec. Après certaines relocalisations ou agrandissements et un incendie en 1931, elle s'installe sur la rue Saint-Vallier Est. Elle y demeurera jusqu'en 1992 avant de concentrer ses opérations à Saint-Augustin-de-Desmaures. »

St. Lawrence Clothing, à l'exemple des anciens magasins Pollack et Norman, a appartenu à des entrepreneurs québécois d'origine juive. Nous avons fait un appel à tous dans le groupe Facebook Retour vers le Passé (ville de Québec) pour recueillir des souvenirs sur l'entreprise.

Selon le registre des entreprises, comme le mentionne Jean Levasseur, la fondation du commerce remonterait à 1953, et sa fermeture, au début des années 1980. Sam Lax en était alors le président. Il y avait aussi des succursales sous le vocable de Mercerie St. Lawrence aux Galeries de la Capitale et à Montréal.

Dans la catégorie « anecdotes », Louis Hallé évoque un souvenir gravé dans les mémoires de beaucoup de gens de sa génération.

« Pendant des années, Camil Samson (lorsqu'il était animateur radio à Québec), a été porte-parole des Vêtements St. Lawrence. Leur marque de commerce était de dire que pour 159,95 $, vous pouviez avoir le complet trois pièces, comprenant la chemise, la cravate, la ceinture, les bas et les chaussures. »

Et d'enchaîner l'auteur de l'ouvrage Du bon usage du palmarès, Richard Baillargeon :

« J'avais bénéficié du "deal" à 99,95 $, mais c'était en 1968. J'ai encore le veston et la cravate!! Ce sont les seuls items qui ont survécu à mes folies de jeunesse... »

Après Camil Samson, André Arthur et Robert Gillet ont ensuite pris la relève pour la publicité, comme le signalent d'autres lecteurs.

Le rez-de-chaussée de l'immeuble a plus tard abrité l'ex-boulangerie Pain et Passion. C'est après son départ qu'il a été démoli, en 2019, après des dommages. Tel que souligné dans notre revue des grands chantiers 2021, un nouveau bâtiment résidentiel qui comprendrait 45 logements locatifs occupera bientôt ce site.

Vous avez, vous aussi, des informations ou des souvenirs à nous évoquer sur ces deux entreprises? N'hésitez pas à nous en faire part sur notre page Facebook

Voir la capsule précédente de la série : Saint-Roch dans les années 1960 : angle Charest Est - Caron.