KINOMADA : un nouveau marathon du film en Basse-Ville | 21 octobre 2021 | Article par Viktoria Miojevic

Photo d'archive de KINOMADA, lors de l'escale en 2014, à Québec. À gauche, l'actuelle coordonnatrice de KINOMADA, Madeleine Aubin, qui était alors bénévole.

Crédit photo: Stéphane Bourgeois

KINOMADA : un nouveau marathon du film en Basse-Ville

Réaliser des films en moins de dix jours? C’est le défi que relève encore une fois Kinomada, l’OBNL qui propage des courts-métrages à Québec et dans le monde. En attendant, des projections ouvertes au public auront lieu à Québec à partir du jeudi 21 octobre, avec le collectif La vie est belle et SPIRA. Des films de réalisation québécoise y seront projetés pour la première fois à Québec!

Publicité

Plus d’une quarantaine de prix

Depuis 2009, KINOMADA mobilise les acteurs du cinéma pour produire, créer et diffuser des courts métrages internationaux. Son nom provient du mot nomade et du mouvement mondial Kino, qui a pour principe la création des courts métrages dans un temps limité.

Plus de 600 films sont sortis, en collaboration avec une vingtaine de pays, rappelle la coordonnatrice de KINOMADA, Madeleine Aubin. Elle dénombre plus de 500 sélections et une quarantaine de prix depuis la création de KINOMADA.

Environ deux fois par année, des équipes se réunissent suivant la sélection de professionnel.le.s du cinéma ou des acteurs de la relève. C’est au cœur des Laboratoires de création que se construisent, en moins de dix jours, les petits bijoux cinématographiques.

Monsaintroch a appris qu'un long métrage collaboratif était d'ailleurs en préparation.

En plus du cinéma, une exposition de photos en partenariat avec la ville de Namur, en Belgique se réinvitera à Québec. Repérages fait un retour après avoir été exposée à Namur et sur le pont Dorchester, en septembre.

Ainsi, on pourra revoir l'exposition dans le secteur du terrain de soccer Chauveau du 1er novembre au 1er décembre. Ensuite, elle se déplacera vers l'aréna Marc-Simoneau du 1er décembre au 4 janvier.

Une collaboration internationale

L’équipe de KINOMADA Québec collabore avec des acteurs internationaux de l’image et du cinéma. Dès le 21 octobre, c’est la 25e escale qui se déroule à Québec. Avec la réouverture des frontières, une dizaine de professionnels internationaux ont rejoint Québec pour le Laboratoire. Le fruit de leur travail sera projeté les 29 et 30 octobre 2021.

Suivant l’appel à candidatures, KINOMADA a sélectionné une trentaine de professionnels, mais aussi de gens attirés par le milieu. Jeu d’acteur, technique audio, direction cinématographique, montage, prise de son font partie des compétences de la cohorte québécoise et internationale du laboratoire en cours.

Jouer de la contrainte du temps

On pourrait penser que réaliser un film en dix jours pose une contrainte temporelle impossible. Si ces projets sont des réussites, c’est qu’ils s’appuient sur un réseau de solidarité local et la créativité des participant.e.s.

« Les deux premières journées sont dédiées à un atelier d’écriture scénaristique en projet collaboratif », explique la coordonnatrice de KINOMADA. Cette formation est permise grâce à la participation du doctorant et président du conseil d'administration de KINOMADA, Radhanath Gagnon. S’ensuit une réunion de production dans laquelle les participant.e.s se présentent, proposent leurs idées et identifient les besoins pour les jours à venir. De là se distinguent les projets de film et s’organisent les équipes.

« Tout est dans une dynamique de collaboration, pas dans une dynamique de prix du court-métrage, on veut que les gens partagent », ajoute Madeleine Aubin.

C’est à ce moment que s’activent les réseaux de solidarité. Madeleine Aubin se souvient de sa contribution de bénévole, en 2014. Pour aider une équipe, elle avait alors joué dans une scène. Toutes les compétences des équipes et de leur réseau sont mobilisées rapidement. Une actrice peut mettre à contribution ses talents en traduction pour les sous-titres, un technicien peut devenir figurant l’espace de quelques jours.

Aussi, la contrainte du temps induit des contraintes de lieux de tournage. Madeleine Aubin rappelle qu’il n’y a pas de temps pour des demandes d’autorisation de tournage ou autres démarches administratives.

Néanmoins, les équipes disposent d’un magasin technique et d’un partenariat avec SPIRA pour la location de matériel.

Projection finale les 29 et 30 octobre

L’escale du laboratoire de KINOMADA se poursuivra jusqu’à la première projection du Lab, le 29. Une partie de l’équipe aura pour défi de projeter des films sur les murs de la Basse-Ville avec un déambulatoire et 7 artistes sélectionnés. Le parcours débutera au jardin Jean-Paul Lallier. La dernière projection aura lieu le 30 octobre.

En parallèle, des projections gratuites en salle auront lieu à l'ÉNAP, dès le 21 octobre. L'inscription est obligatoire.

« On avait envie de célébrer le jeudi 21 octobre, la soirée d’ouverture ça va être avec le collectif La vie est belle. C’est un groupe qui s’amuse à faire des Kino sur une longue période. C’est très drôle et ludique. Ils vont présenter la 6e édition de leur thème "remake" », partage Madeleine Aubin.

La deuxième projection en salle, une soirée régionale, se tiendra ce vendredi, en partenariat avec SPIRA. Cinq réalisations québécoises y seront projeté à Québec, pour la première fois.

On retrouve toutes les informations sur la page Facebook de KINOMADA et la programmation complète sur le site web de KINOMADA.

Lire aussi : Deux organismes de Saint-Roch en nomination pour le prix d'excellence de la Ville