Un hommage à Honorius Provost, ancien curé de Saint-Roch | 2 décembre 2021 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Gracieuseté

Un hommage à Honorius Provost, ancien curé de Saint-Roch

L'édition 2022 du calendrier Vues anciennes de Québec rend hommage à une pierre d'assise de la fondation de la Société historique de Québec : l'abbé Honorius Provost. Enseignant et archiviste au Séminaire de Québec, il a aussi été curé d'une paroisse de Saint-Roch.

Originaire de la Beauce, l'abbé Honorius Provost (1909-1997) a entre autres été curé à Saint-Maxime de Scott et dans deux paroisses de Québec, rapportent la Société historique de Québec et le Répertoire du patrimoine culturel du Québec.

Publicité

L'une de ces défuntes paroisses, Notre-Dame-de-la-Paix, se trouvait dans le quartier Saint-Roch. Où précisément? Là où l'on craignait de voir déboucher le troisième lien : sous les bretelles de l'autoroute Dufferin-Montmorency. L'ancienne église qui abrite aujourd'hui des copropriétés, devant l'îlot Fleurie, était l'église Notre-Dame-de-la-Paix.

Un passionné d'histoire

Suivant la fondation de la Société d'histoire de Québec, l'abbé Honorius Provost y est demeuré actif pendant cinq décennies. Gabriel Côté du journal Le Carrefour de Québec s'est entretenu avec le président de l'organisme, Alex Tremblay Lamarche, à ce sujet.

« C’était un prêtre au séminaire de Québec, et un passionné d’histoire. Les membres les plus vieux de la Société historique l’ont d’ailleurs connu, ils se souviennent de lui qui se balançait lentement sur sa chaise. C’était un homme paisible, discret et pince-sans-rire, qui était là non seulement au tout début de la Société historique, mais aussi pendant les 50 premières années de son existence », a illustré M. Tremblay Lamarche.

De 1934 à 1948, l'abbé Provost a enseigné la théologie morale, l'histoire du Canada et la rhétorique au Séminaire de Québec. Adjoint puis successeur de l'archiviste en chef du Séminaire de Québec, l'abbé Arthur Maheux, il a pris sa retraite en 1980. Son engagement comme administrateur de la Société historique de Québec s'est toutefois poursuivi jusqu'à la fin des années 1980.

Honorius Provost a assumé plusieurs mandats à la présidence de l'organisme. Il en a été vice-président et secrétaire également. Il y a aussi rempli les fonctions d'archiviste et de conseiller. Jusqu'en 1989, il a veillé au suivi de la correspondance de la Société historique de Québec. Il a aussi joué un rôle clé dans sa relocalisation en 1986, rapporte l'historien Marc Beaudoin dans l'édition 2022 des Vues anciennes de Québec.

Sa passion pour l'histoire a mené l'abbé Provost vers d'autres implications, à la Société historique du Canada et à l'Institut d'histoire de l'Amérique française entre autres. Il s'est également engagé dans la fondation de la Société historique de la Chaudière (1945) et de l'Association des archivistes du Québec (1967). Un prix de reconnaissance de l'engagement bénévole dans les sociétés d'histoire, de généalogie et de patrimoine porte son nom depuis 2001.

Des éphémérides

Depuis 1982, la Société historique publie son calendrier pour propager le goût de l'histoire. Les textes et illustrations de Vues anciennes de Québec visent à plaire autant aux adeptes d'histoire qu'aux curieuses et curieux.

« On célèbre chaque année les anniversaires par multiple de 25, c’est-à-dire qu’on commémore en 2022 les gens nés en 22, 47, 72 et 97. On a aussi toujours la volonté de mettre des éléments politiques, sociaux, culturels, religieux, artistiques tout au long du calendrier », indique Alex Tremblay Lamarche.

Cette année, on y trouve en vedette aussi bien les Nordiques de Québec que l'ancien tramway de la ville ou encore la réplique de la Grande Hermine qu'on retrouvait au parc Cartier-Brébeuf.

On trouve le calendrier Vues anciennes de Québec dans plusieurs points de vente de nos quartiers. La liste des distributeurs se trouve sur le site de la Société historique.

À lire aussi : Coups de coeur après huit heures : nos quartiers vus d'hier et Vie de quartier, vie du passé.