La première Ruche d’art de Québec bourdonne à PECH-Sherpa | 16 janvier 2020 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Véronique Demers

La première Ruche d’art de Québec bourdonne à PECH-Sherpa

Les rayons de la Ruche d’art continuent de s’étendre, et c’est à PECH-Sherpa que voit au jour le premier lieu du genre à Québec. Des travaux majeurs ont été réalisés l’automne dernier dans les locaux de l’organisme pour permettre l’ouverture de ce lieu communautaire de création multidisciplinaire.

Les ateliers d’art qui étaient offerts dans l’espace du Sherpa auparavant sont maintenant remplacés par la Ruche d’art, plus ouverte et inclusive. Lydie Colaye, agente socioculturelle responsable du projet, en collaboration avec ses collègues Mélanie Pelletier et Andréanne Jacques, explique :

« Étant donné que la Ruche d’art est un lieu ouvert à tous, peu importe leurs conditions sociale, économique, etc., on a voulu décloisonner l’espace. On vient d’inaugurer le lieu; on a choisi les poissons comme premier thème en vue d’une oeuvre collective. Les participants peuvent faire aussi une oeuvre individuelle. L’objectif est de créer un milieu de vie et de relier les gens par l’art. »

Lors du passage de Monsaintroch, les participants étaient en train de créer des bétas sortis de leur imagination. Une autre était en train de créer un poisson qui allait s’intégrer à un mobile. Autour de la table de création trônent des étagères remplies de tissus, de fils, de gouache, pinceaux, peinture et d’autre matériel artistique, en majorité donné. Les participants de la Ruche d’art – un atelier de création libre, en quelque sorte – peuvent utiliser le matériel sur place ou amener le leur.

Un lieu de ressourcement inclusif

Selon un des participants, Marc-Émile, la Ruche d’art est un must. « C’est un lieu public qui n’est pas identifié à la santé mentale; c’est inclusif », souligne celui qui a été bénévole à la place éphémère de PECH-Sherpa, L’ÉPHÉMÈRE, l’été dernier.

De son côté, Katryn pend une pause de bénévolat pour développer sa fibre artistique.

« Normalement, je suis à l’accueil de PECH, mais je n’en ai pas envie en ce moment. La Ruche d’art permet de me ressourcer. Peu importe le talent artistique qu’on a, on est tous bienvenus! », lance-t-elle.

Katryn, participante à l’une des sessions de création à la Ruche d’art.
Crédit photo: Véronique Demers

Les artistes en herbe peuvent repartir avec leur oeuvre d’art ou la vendre à la boutique qui est en train de prendre forme. Une partie de la vente ira à l’artiste et l’autre partie à la Ruche d’art, question de pouvoir acheter du matériel d’art. Les gens du quartier sont invités à participer aux sessions de création à la Ruche d’art, peu importe leur talent artistique. Ils peuvent aussi contribuer à enrichir la banque de matériel artistique par des dons.

Des Ruches d’art se trouvent un peu partout dans le monde, mais principalement au Canada et aux États-Unis.

Horaire de la Ruche d’art à PECH-Sherpa :

  • Mardi de 13 h à 20 h
  • Mercredi de 13 h à 16 h
  • Jeudi de 9 h à midi

En savoir plus sur...