Poil de betterave et Madame Jardine enjolivent l’école des Berges | 26 juin 2020 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Véronique Demers

Poil de betterave et Madame Jardine enjolivent l’école des Berges

D’ici l’an prochain, en raison de la COVID-19, 16 nouveaux jardins partagés verront le jour. La Ville de Québec subventionne à hauteur de 110 397$ ces projets, qu’ils soient à l’extérieur ou à l’intérieur. Le nombre de citoyens visés, la localisation et la durée ont fait partie des critères de sélection. L’objectif principal des jardins partagés, situés sur des terrains non municipaux, est d’améliorer notamment la qualité de vie des citoyens.

Ça pousse donc dans la cour de l’école primaire des Berges, grâce à une équipe dynamique formée notamment de Poil de betterave (Yves Desmarais) et Madame Jardine (Nathalie Raymond). L’école du quartier Saint-Roch a reçu une subvention de 7066$ de la Ville de Québec pour aménager une trentaine de lots. Poil de betterave a veillé aux démarches pour obtenir des subventions et aménager l’infrastructure des lots de jardin.

Un jardin vertical étagé, conçu notamment à partir de gouttières recyclées.
Crédit photo: Véronique Demers

Récemment, une quinzaine de familles se sont appropriées leur lot de jardin, sous les conseils horticoles et pédagogiques de Madame Jardine.

« L’an dernier, on a commencé le jardin modestement, dans des petits bacs. Ça a bien fonctionné. Ça a pris de l’expansion cette année; c’est la première fois qu’on donne des lots aux participants. Outre les lots dédiés aux familles, il y a des espaces réservés au volet éducatif et à un organisme de Saint-Roch qui s’occupe de cuisines collectives », détaille en entrevue Madame Jardine.

Parmi la récolte publique n’étant pas liée aux familles, les laitues devraient se retrouver en « bar à salades » avec des herbes fraîches pour les enfants de l’école des Berges.

Côtoyer la diversité familiale

Élizabeth Leclerc-Guindon fait partie des parents qui ont voulu initier leur enfant au jardinage et susciter des interactions sociales avec les autres participants.

« On a voulu mettre notre fille Adèle au coeur de l’action de l’école, et côtoyer la diversité des gens, des familles qui prennent part au projet. On a planté nos graines, desquelles ont a eu nos semis. On voit l’évolution du plant. C’est un beau projet pour nos enfants de 8 ans et 4 ans et demi. Ça les sensibilise à l’environnement, en plus de leur permettre de rencontrer des familles issues de milieux de vie différents », souligne la mère de famille.

Collaboration entre le CAPVISH et un CPE

À compter de l’été prochain, le Comité d’action des personnes vivant avec des situations de handicap (CAPVISH), du quartier Saint-Roch, va collaborer avec le CPE L’Imagerie (dans l’arrondissement de Charlesbourg), pour y installer une dizaine de bacs de jardinage surélevés, adaptés pour les personnes handicapées et les enfants. La Ville de Québec soutient le projet à hauteur de 734$.

«Il y a quelques années, j’ai participé à du jardinage communautaire pour les personnes handicapées. Dans le cadre de notre projet, on a invité une vingtaine de personnes qui n’ont pas toujours la chance d’avoir des enfants dans leur entourage. On va fonctionner », exprime Simon April, Conseiller en défense des droits des personnes handicapés CAPVISH, lui-même en fauteuil roulant.

Le lancement du projet devrait avoir lieu en juin 2021, pendant la Semaine des personnes handicapés, et se poursuivre jusqu’en août. «Ils ont déjà un jardin au CPE, mais ce sera bonifié. Les rencontres sociales avec les petits de 2 à 5 ans et entre 5 à 7 personnes handicapées à la fois devrait susciter des moments touchants. «L’an prochain, avec la récolte, on pourra faire de la cuisine collective intergénérationnelle», ajoute M. April, père d’un petit garçon de 3 ans et demi.