Troisième lien : sortie au nord en analyse | 5 février 2020 | Article par Véronique Demers

L’autoroute Laurentienne, à la limite du quartier Saint-Roch.

Crédit photo: Jean Cazes

Troisième lien : sortie au nord en analyse

D’ici la fin février, un pas de plus devrait être franchi dans le projet du 3e lien. L’administration Labeaume prévoit aller en appel de qualification. Quant à la sortie nord qui devra être aménagée au bout du 3e lien, à l’entrée du quartier Saint-Roch, celui-ci devrait être épargné.

« On a convenu qu’on ne changeait pas notre agenda. Le ministère des Transports (MTQ) doit élaborer le projet et le greffer au nôtre, en développant la sortie direction Laurentienne Nord et ensuite Laurentienne Sud, mais aussi avec les autobus et le pôle d’échange Saint-Roch », a affirmé le maire de Québec, Régis Labeaume, en référence à la rencontre tenue hier entre le Bureau de projet et le MTQ.

Le maire Labeaume a insisté sur le fait que le quartier Saint-Roch devrait être préservé, afin de demeurer à échelle humaine. Rappelons que le nouveau tracé, dévoilé la semaine dernière, n’est pas définitif.

« Je veux que ça demeure [dans sa forme actuelle]. Je considère que c’est acquis. François Bonnardel [le ministre des Transports] habite Saint-Roch! Il connaît très bien le quartier », a souligné le maire de Québec mercredi, en marge d’une conférence de presse sur la modification de la politique sur la participation citoyenne.

Régis Labeaume habite également le quartier Saint-Roch. Quand au boulevard urbain, il devrait être maintenu à partir de Soumande en direction sud.

« C’est à partir de Soumande que le boulevard urbain devrait démarrer. Mais ça va demeurer leur proposition [au MTQ]. On va les accompagner dans leur projet. Notre voeu est de bâtir un projet de transport structurant », a résumé le maire de Québec.

Quelques terrains de Vanier et de Limoilou sont encore disponibles pour l’aménagement de bretelles de sortie au troisième lien, mais ils se font rares. Les terrains de la CNESST (dont le bâtiment sera démoli) sur la rue Bourdages à l’ouest de l’autoroute Laurentienne, et de Giguère Automobiles, entre le boulevard Wilfrid-Hamel et la rue de l’Espinay, à l’angle de la Laurentienne, figurent parmi les options. Rien n’est toutefois confirmé.

« C’est au ministère à en parler, c’est leur projet qui se greffe au nôtre », a souligné le maire Labeaume, sans vouloir en dévoiler davantage.