Wartin Pantois aux premières loges de La Bordée | 18 septembre 2019 | Article par Amélie Légaré

Wartin Pantois réalise sa première installation intérieure à La Bordée.

Crédit photo: Wartin Pantois

Wartin Pantois aux premières loges de La Bordée

Dans le cadre de sa résidence artistique au théâtre La Bordée, Wartin Pantois lance aujourd’hui sa première exposition inspirée de la pièce Lentement la beauté. Les deux créations se côtoient à l’intérieur du théâtre pour susciter une réflexion collective sur la vie et le travail.

Wartin Pantois s’est inspiré du contenu la pièce qui pose un regard sur le sens de la vie pour créer son installation La répétition, déclinée en trois volets. Après avoir lu le texte et assisté à des pratiques, il s’est tourné vers des acteurs et des artisans de la pièce afin de faire germer son idée. « Ça vraiment été un travail de création in situ, et non pas juste dans le lieu, mais aussi dans l’esprit du lieu », précise l’artiste.

« Je suis habitué de créer à partir de sujets d’actualité ou d’enjeux sociaux, donc c’est une toute autre histoire de créer à partir d’une création. Une pièce de théâtre, c’est narratif. L’action, les questionnements ou les réflexions se déploient dans le temps. Pour un artiste visuel, en faire une œuvre, c’est un peu comme prendre une photo d’un film.  Quand j’ai fait la lecture et assisté aux répétitions, j’ai été
attentif à ce qui me faisait réagir et j’ai travaillé à partir de ça. »

Démarche inspirée

La répétition par Wartin Pantois.
Crédit photo: Wartin Pantois

Fidèle à ses interventions engagées, Wartin Pantois a repris la notion de la répétition omniprésente dans la pièce pour la représenter avec un collage de photographies à échelle humaine du personnage principal sur les fenêtres de la façade principale du théâtre. « Ce sont tous des personnages identiques, sauf un au rez-de-chaussée qui va se questionner sur sa vie ou sur ses collègues de travail qui sont dans le même moule? Je laisse la vie décider. »

L’artiste mise sur un jeu aléatoire de flou et de transparence, créé par du papier translucide  minutieusement sélectionné pour l’ensemble de son œuvre. Dans l’esprit de la pièce, les deux autres volets de son exposition présentent également le personnage dans différentes mises en scène, ce qui laisse place à l’interprétation. À l’étage, il a notamment extirpé trois moments marquants, incluant une scène se déroulant au cœur d’une période de changement organisationnel dans un bureau.

« C’est l’idée de s’effacer derrière l’organisation du travail. Ce n’est pas une critique directe, mais cela laisse présager que l’humain est un peu effacé derrière ces changements. Ça se voit et ça se sent dans la pièce. »

Une résidence artistique qui porte fruit

Même s’il en est à sa première œuvre inspirée d’une pièce de théâtre, Wartin Pantois a déjà de la suite dans les idées. L’artiste visuel connaît déjà le sujet des prochaines représentations au théâtre La Bordée pour la saison 2019-2020 et de quelle manière il songe les présenter visuellement en variant les médiums ou les thèmes abordés. Toutefois, il assure que l’effet de surprise sera conservé pour ses autres installations à découvrir au cours des prochains mois.

« J’ai déjà des idées pour les autres pièces que je vais confirmer, infirmer ou transformer selon ma lecture de la pièce, les répétions auxquelles je vais assister et mes entretiens avec les créateurs. Tout cela est malléable, mais pour la première, c’était intéressant de faire une transition avec l’extérieur, où on me voit la
plupart du temps avec des collages urbains, et l’intérieur. »

Le vernissage de l’exposition de Wartin Pantois a lieu au théâtre La Bordée ce 18 septembre de 17 h 30 à 19 h. La pièce Lentement la beauté et l’exposition La répétition sont présentées jusqu’au 12 octobre.

À lire aussi: La Bordée lance sa saison en beauté avec Wartin Pantois.

En savoir plus sur...