Saint-Roch dans les années 1960 (29) : l’édifice Le Soleil et le garage Lebeau | 16 juin 2019 | Article par Jean Cazes

Crédit photo: Jocelyn Paquet (collection personnelle)

Saint-Roch dans les années 1960 (29) : l’édifice Le Soleil et le garage Lebeau

La série « Saint-Roch dans les années 1960 » vous propose une incursion dans les souvenirs du quartier Saint-Roch à travers des archives photographiques et mémoires de sources précieuses.

Immortalisée le 12 septembre 1969, l’image à la une est tirée du fonds du collectif de photographes du Soleil, Photo moderne. Ce fonds constitue une partie de la collection de négatifs de Jocelyn Paquet.

La scène comparative ci-bas, captée de la rue Saint-Réal en direction ouest, date du 13 juin 2019.

Face à l’édifice Le Soleil, l’immeuble abritant Lebeau Vitre d’autos y est mis aussi en valeur. Fondée en 1947, l’entreprise compte aujourd’hui plus de 80 centres de services au Québec. Le bâtiment a été démoli dans les années 1980, tout comme de nombreux autres du secteur pour faire place au jardin de Saint-Roch – plus tard rebaptisé le jardin Jean-Paul L’Allier -, inauguré en 1993.

Également un concessionnaire et un marchand de tapis

Notre appel à tous sur le Facebook Souvenirs de la Ville de Québec (et les environs) nous a permis de recueillir des anecdotes sur d’autres commerces qui se sont succédé au coin de la rue de la Couronne et de la côte d’Abraham. Entre autres souvenirs :

« Dans les années 1950 et début 1960, il y avait Automobiles Inc. (Pontiac, Buick, Cadillac) qui s’est par la suite relocalisé au 1240, Charest Ouest. » – G. Garneau

« Je confirme, car à cette époque, je collectionnais les brochures d’autos. Je faisais à bicyclette le tour des concessionnaires. Je passais régulièrement chez Automobiles Inc. pour les cueillir. J’étais un ti-cul et je mentionnais que c’était pour mon père. J’allais aussi demander aux mécaniciens des vieux « bearings » pour me fabriquer des trottinettes et tacots. » – G. Boily

Et en dessous de Lebeau, il y avait aussi les Tapis Rochette :

« Émilien Rochette, marchand de tapis, a d’abord été sur la rue Saint-Vallier Est, vis-à-vis de la salle Multi. Gamin, quand je descendais l’escalier de bois, c’était impressionnant de voir les gros rouleaux de tapis dans la vitrine. » – M. Massé

En complément : Saint-Roch dans les années 1960 (11) : vue à vol d’oiseau

Voir le billet précédent de la série : Saint-Roch dans les années 1960 (28) : la côte d’Abraham.