Manif d’art 9, une myriade d’œuvres partout en ville | 26 février 2019 | Article par Anne-Christine Guy

Le duo Lutz et Guggisberg au centre de leur œuvre, Animals and Furniture.

Crédit photo: Renaud Philippe

Manif d’art 9, une myriade d’œuvres partout en ville

La Manif d’art bat son plein! La 9e édition de la biennale de Québec est lancée depuis le 15 février. Sous le thème Si petits entre les étoiles, si grands contre le ciel l’évènement, qui a pour commissaire Jonathan Watkins, s’étend aux quatre coins de la ville jusqu’au 21 avril.

Avec des expositions solo dans quinze lieux à vocation artistique de la ville, une exposition centrale au Musée national des beaux-art du Québec (MNBAQ), dix œuvres d’art public, la biennale est un évènement imposant qui saura satisfaire les amateurs d’art.

Bien que l’événement ait lieu dans plusieurs quartiers de la ville, nous nous sommes concentrés sur l’exposition au MNBAQ et sur certains lieux d’exposition dans le quartier Saint-Roch.

Pour vous aider à naviguer dans cet évènement gargantuesque, nous vous présentons quelques expositions qui nous ont marqué.

MNBAQ

Fanny Mesnard

L’exposition centrale réunit une vingtaine d’artistes. On y retrouve le travail de Manasie Akpaliapik, qui propose une série d’illustrations qui ont à la fois la naïveté des dessins d’enfants et une grande force de caractère. Sont aussi de la partie deux artistes de la ville de Québec, Fanny Mesnard et Caroline Gagné.

L’exposition du MNBAQ est très chargée. Bien que les commissaires aient réussi à assembler le tout sans que les œuvres ne se vampirisent, il est peut-être plus facile de l’apprécier en deux visites.

Centre d’artistes et galeries

La grande galerie de l’Œil de Poisson est complètement transformée. Les murs sont peints en noir, une vidéo est projetée sur l’entièreté du mur du fond, mais avant tout le duo Lutz & Guggisbergn a pris d’assaut la galerie avec ses milliers de figurines de créatures inventées.

La proposition est ludique et surprenante. La visite est risquée, alors que l’on se déplace à travers les œuvres déposées directement au sol sans aucune protection.

Olivier Beer
Crédit photo: Renaud Philippe

Un autre espace entièrement transformé est la Galerie des arts visuels, qui elle aussi se trouve complètement plongée dans le noir. Au centre, quatre écrans sur lesquels est diffusé le travail de l’artiste anglais Oliver Beer. La vidéo est réalisée avec la collaboration de 2500 enfants de 0 à 13 ans, à qui l’artiste a fait dessiner la même scène du film de Disney Le livre de la jungle. Le résultat vidéo de cette recherche est à la fois amusant et touchant.

Jeunes commissaires

Pour cette édition, Manif d’art a invité des jeunes commissaires à proposer leur propre exposition. À la bibliothèque Gabrielle-Roy se retrouve une des propositions des commissaires Anne D’Amours McDonald et Julien St-Georges Tremblay qui présente le travail de Annie Charland Thibodeau et Karine Locatelli.

Bien que les deux femmes aient chacune une pratique solo, elles ont choisi pour l’occasion de présenter une proposition commune. Une œuvre principale et un diptyque.

L’œuvre principale est une grande installation : un grand plateau bas plus profond dans lequel on a déposé, en son centre, des pierres et dont la structure est recouverte de photos de ce qui ressemble à différents types de mousses ou autres éléments de la nature. Le diptyque propose en quelque sorte un format miniature de la grande installation, un peu comme une mise en abyme.

La rencontre des deux pratiques est heureuse et la sensibilité du travail de ces deux artistes, qui s’intéressent toutes deux à la nature, se marie très bien.

Une autre proposition Jeunes Commissaires à découvrir se trouve à Galerie 3 sur la rue Saint-Vallier Est. La jeune commissaire Audrey Careau présente l’exposition Digressions, première exposition solo de Thierry Arcand-Bossé. Le peintre propose des œuvres créées à partir d’images de webcam prises aux quatre coins du monde. L’esthétique des œuvres s’inscrit dans la tradition picturale du paysage, ce qui crée une dichotomie intéressante entre l’image source et la réalisation. Malgré tout, le peintre s’amuse à donner des indices dans ses images pour que l’on comprenne la modernité de l’image. Ce mariage entre l’esthétique d’une autre époque et des images actuelles est très efficace.

Bien que nous nous soyons concentrés sur quelques expositions, il y a encore plus à découvrir dans le quartier Saint-Roch. Notamment à la Chambre Blanche, où l’on retrouve le travail d’Amélie Laurence Fortin. Aussi à Méduse, l’ensemble des centres d’artistes accueillent une œuvre de la Manif d’art 9. Le centre Materia reçoit aussi une exposition de la Manif d’art 9.

Pour connaître l’ensemble des propositions, visitez le site web de Manif d’art 9.
L’événement ne revient qu’aux deux ans : ne ratez pas votre chance de participer à une expérience artistique aussi riche!

En savoir plus sur...