Mai 2000 : retour sur un quartier en mutation | 6 octobre 2019 | Article par Jean Cazes

L'église Saint-Roch sur la rue Saint-Joseph Est, photographiée en mai 2000.

Crédit photo: Jean Cazes

Mai 2000 : retour sur un quartier en mutation

Fraîchement ajoutées à la banque d’archives photo de Monquartier, les scènes suivantes illustrent une période très active de la revitalisation du coeur de Saint-Roch : celle marquant le début du millénaire.

La première photo de cette série, mise en vedette et immortalisée en mai 2000, illustre la démolition du toit du mail, près de l’église Saint-Roch.

En amorce de la galerie au bas de l’article, la scène de l’en-tête a été revisitée le 27 septembre 2019. On y remarque les travaux de maçonnerie sur l’église, en cours depuis le mois d’avril à la suite d’une campagne de financement.

Chantiers majeurs

Le « pari gagné » du maire Jean-Paul L’Allier, souligné par la réalisation du jardin Saint-Roch qui sera rebaptisé en son nom en septembre 2017, concerne trois interventions qui ont depuis redoré l’image du quartier.

Exit, le mail Centre-Ville

Dans l’ordre, les photos 2 à 6 de la galerie soulignent l’évolution de la première phase du démantèlement du toit du mail Centre-Ville.

Au niveau du parvis de l’église Saint-Roch, un article récent traitait de l’endroit tel que vu en 1977, soit quatre ans après la pose du toit au dessus du mail. La troisième photo montre, cette fois, la disparition de l’entrée du mail au coin de rue de la Couronne : on y devine en direction ouest la structure du tunnel qui reliait le mail au Complexe Jacques-Cartier.

D’un « abris aux pigeons » à un édifice high tech

Construit en 1959 sur le boulevard Charest Est à l’intersection de la rue de la Chapelle, l’édifice doit son nom au restaurant et à son club de nuit Le LaFayette.

Autre symbole du déclin du quartier dans les années 1980, l’immeuble abandonné de neuf étages était qualifié, avec ironie, « d’abris aux pigeons », et ce, jusqu’à sa réhabilitation. Après des travaux de quelque 13 MM$, l’ancien édifice Lafayette a été rebaptisé en l’honneur de Charles-E. Rochette. La réfaction de l’immeuble incluaient l’ajout de 6000 m2 d’espaces sur les trois étages entourant les deux faces de la tour.

Un nouveau « campus »

Les deux dernières photos concernent cette fois l’achèvement du chantier de la TÉLUQ (Université du Québec) et de l’École nationale d’administration publique (ÉNAP), en marge du jardin Jean-Paul L’Allier.

Rappelons enfin, que la transformation contemporaine de Saint-Roch, tant sociale qu’urbaine, fait l’objet du site fort bien documenté Saint-Roch : une histoire populaire.

Voir le billet précédent de la série : Saint-Roch dans les années 1980 (13) : accident sur le boulevard Charest Est.