<em>L’écho des premiers jours</em> de L’Aurore : premier chapitre réussi | 8 novembre 2019 | Article par Jason Duval

Crédit photo: Jason Duval

L’écho des premiers jours de L’Aurore : premier chapitre réussi

Hier, le groupe de Québec L’Aurore lançait son album L’écho des premiers jours au Maelstrom Saint-Roch.

L’Aurore, fondé en 2015, se distingue par des poésies mises sur fonds musicaux recherchés et souvent complexes. Sur des paroles poétiques d’Émile Vigneault – qui a quitté le groupe en début d’année pour lancer une carrière solo – mises en musique par Philippe Bourque, le groupe offre au public des compisitions à saveur d’indépendance et de liberté.

L’Aurore se tient loin de la musique populaire actuelle – dont les formes, selon moi, manquent parfois d’originalité… Le groupe  préfère explorer les sens profonds, entrer dans le subconscient comme le font les messages subliminaux. Très inspirées par la noirceur dans laquelle baigne la société moderne, la majorité des compositions font toutefois jaillir une éclaircie, un instant lumineux, de bonheur, qui touche droit au coeur.

L’influence d’artistes comme Pauline Julien, Jacques Brel ou encore Barbara se ressent fortement dans les compositions d’envergure de L’Aurore. En 2017, son mini-album En si peu de temps avait déjà donné un avant-goût de la suite. Le titre de son premier album complet, L’écho des premiers jours – Chapitre 1, fait référence aux premières heures du groupe. Deux des chansons qui s’y retrouvent datent de ses débuts. Cet album, haut en couleur, pourrait bien être la prémice de plusieurs autres chapitres.

Un début lent

La centaine de personnes présente au Maelstrom, fébriles, semblaient avoir grandement apprécié la soirée. Elle avait pourtant débuté assez lentement. En première partie, Anne et le Tigre, en formule duo, était chargé de réchauffer le public, cependant, rien n’a pris feu. Le duo a livré de longues complaintes où les lentes mélodies – pas toutes abouties – dominaient les quelques paroles. Je n’ai guère ressenti la force du tigre dans cette première partie, plutôt quelques miaulements

Après quelques minutes d’entracte, Émile Vigneault, membre sortant de L’Aurore, est passé devant public. Le poète a lu quelques textes aux couleurs d’espoir et d’indépendance. Tout près des mots, une musique l’accompagnait, donnant un sens grandiose aux compositions. Son poème « Donnez-moi des ailes » sera, je l’espère fort bien, un succès. Il s’interroge sur les rêves, la vie et bien sûr un Québec libre du Canada. Au cours de ce trop bref moment, Vigneault a annoncé qu »il lancerait son album solo au printemps. Avec un côté très comique dans ses mimiques, il a bien réchauffé la salle pour faire entrer L’Aurore.

Voilà le premier chapitre!

Après l’instant poétique d’Émile Vigneault, L’Aurore est monté sur scène. Pour seulement la troisième fois, tout le groupe était présent. Six musiciens, aussi amis, qui ont énormément de plaisir à jouer ensemble. Ce plaisir contagieux envoûte l’âme jusque dans ses profondeurs.

Dès la première chanson, une musique aux allures apocalyptiques, toujours avec une lueur d’espérance immense, a enflammé les spectacteurs. La voix du Limoulois Philippe Bourque, pourtant embêté par un rhume, résonnait à la perfection et laissait échapper des paroles remplies de sens. Des paroles recherchées, (re)retravaillées de façon très Ferré-esque. La voix, magnifique, de Catherine Mailloux fait résonner les dernières notes d’espoirs des chansons. Cette dernière, en plus d’être une violoniste hors pair, possède une voix unique, capable de monter vers les plus hautes notes, sans agresser les oreilles.

L’écho des premiers jours contient des chansons extrêmement intéressantes, où plusieurs rythmes se mélangent sous un même texte, tantôt plus grave, tantôt plus doux, créant des contrastes musicaux originaux. Parmi les chansons interprétées au lancement, « Rappelle-toi les mots », très frenchy, ressort du lot par la beauté du texte d’Émile Vigneault, mais aussi par la composition musicale, très douce, qui colle parfaitement au texte.

Après avoir chanté les chansons de l’album L’écho des premiers jours, le groupe a enchainé la soirée avec des chansons à paraitre, dont on espère qu’elles paraîtront. Ce fut un lancement réussi pour L’Aurore, qui, on l’espère, écrira plusieurs autres chapitres avec sa musique, trop rare dans le paysage québécois.

L’écho des premiers jours et tous les détails concernant L’Aurore sont accessibles au https://auroreqc.bandcamp.com/

En savoir plus sur...