De l’art urbain éphémère à la bibliothèque Gabrielle-Roy | 7 août 2019 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Véronique Demers

De l’art urbain éphémère à la bibliothèque Gabrielle-Roy

Avant que la bibliothèque Gabrielle-Roy ne ferme ses portes pour amorcer un vaste chantier de près de deux ans, une vingtaine d’artistes sont à pied d’oeuvre pour y présenter l’exposition évolutive trans.mutation, jusqu’au 18 août.

Ainsi, des oeuvres de grand format investissent les murs des quatre étages de la bibliothèque, avec diverses pratiques artistiques : collage, peinture, pochoirs, installation, photographie, vidéo, etc.

« C’est une expo in situ importante! J’ai choisi des artistes qui m’ont inspirée au cours des 20 dernières années, en vue de produire de l’art accessible au public. La transmutation est une élévation de la transformation; il y a un mélange de plusieurs rencontres artistiques de divers domaines », explique Nathalie Côté, commissaire de l’exposition d’art urbain trans.mutation.

À chaque étage, il y a un thème différent. Au rez-de-chaussée, Fannie Giguère, PisHier, Kaël Mercader, Estée Preda explorent la transmutation temporelle/jeunesse éternelle. Au premier étage, la transmutation sociale/corps et esprit parcourt les créations de Léo Abomes, Sarah Booth, MC Grou, Catherine McInnis, Julie Théberge et Wartin Pantois – dont le collage photo à plusieurs niveaux de lecture évoque, entre autres, la bibliothèque tel un phénix qui renaîtra de ses cendres.

Olivier Moisan Dufour, artiste-peintre et sculpteur.

Au deuxième étage, la transmutation professionnelle/parcours et pratique transparaît dans le travail de Mireille Bouchard, Besma Boukhri, Paul Brunet, Isabelle Demers et Maxime Rheault, Léo Rivest, Cyrielle Tremblay et Olivier Moisan Dufour. Ce dernier a peint sur des bandes de carton une grande fresque où l’on peut deviner la vitrine de meubles qu’il a produite à même l’église Saint-Roch.

« C’est très agréable de participer à cette exposition. Il y a un effet de groupe intéressant qui se crée », a indiqué l’artiste peintre et sculpteur.

Au troisième étage, la transmutation de lieu/de la rue à la galerie se déploie dans les oeuvres de Karl-Heinz Kerouac Brenke, Louis-David Létourneau Gagnon, Justin Roy McLean.

Médiation culturelle

« C’est un événement inusité et rassembleur, le temps de réinventer la bibliothèque du futur. […] Cette exposition est rendue possible dans le cadre de l’entente de développement culturel entre le ministère de la Culture et de la Ville de Québec », a mentionné Alicia Despins, membre du comité exécutif responsable de la culture.

De son côté, l’adjoint parlementaire de la ministre de la Culture et des Communications, Louis Lemieux, a souligné que celle-ci (Nathalie Roy) se dit très fière du projet.

« Cette initiative témoigne de la vision des administrateurs et des créateurs. Il en résulte une cascade de propositions mettant en vedette la médiation culturelle. […] Depuis sa création, la bibliothèque Gabrielle-Roy a enregistré 25 millions d’entrées. Elle va devenir un carrefour culturel », a indiqué M. Lemieux, originaire de Limoilou.

Quelques dates à retenir:

  • 16 août : activité spéciale de finissage de l’exposition trans.mutation, sur inscription
  • 17 août : vernissage sous forme de parcours déambulatoire avec DJ
  • 18 août : fin de l’exposition trans.mutation
  • 19 août : fermeture de la bibliothèque Gabrielle-Roy
  • 3 septembre : ouverture de la bibliothèque de proximité au Centre récréatif Saint-Roch

On retrouve les détails des activités et de plus amples informations au https://www.ville.quebec.qc.ca/citoyens/art-culture/activites/transmutation/

À lire aussi à propos de la bibliothèque Gabrielle-Roy :

Marathon de déménagement à la bibliothèque Gabrielle-Roy