L’année 2019 dans Saint-Roch – à table! | 29 décembre 2019 | Article par Catherine Breton

Crédit photo: Véronique Demers

L’année 2019 dans Saint-Roch – à table!

Attention, cette année, on change de décennie, on entre de plein fouet dans les nouvelles années folles!

Publicité

Le quartier Saint-Roch n’y échappera pas, et les néo années 1920 s’y annoncent riches en métamorphoses : rénovation de la bibliothèque Gabrielle-Roy, construction du YMCA Saint-Roch et de la Maison de Lauberivière, sans oublier les projets immobliers résidentiels… Ce n’est pas cette année qu’on arrêtera le progrès. Et nous serons au poste pour vous tenir au courant de l’actualité locale.

Mais avant de se projeter en avant, voyons un peu ce que nous laissons derrière, ce qui a marqué cette année 2019 et surtout, ce qui a retenu votre attention, à commencer par les volets économie et gastronomie.

Économie

Plusieurs de vous étiez curieux de savoir ce qui se passerait dans le local au 441 rue du Parvis. On pourrait croire que ce local commercial est recouvert d’antiadhésif tant les projets s’y sont succédé : il y a eu le Boudoir Lounge, le Meltdown, le bar Éphémère ainsi que l’Air du Temps…

En 2019, grâce à un investissement de 500 000 $, c’est le parfaitement nommé Phoenix resto pub, qui s’y est installé avec ses grillades et fruits de mer, avec en prime, au sous-sol, le Midnigth Blue, discothèque qui fait renaitre de leurs cendres les années 1980 et 90. Si l’on se fie aux photos et vidéos publiées sur sa page Facebook, l’endroit attire une belle clientèle festive de tous âges, tel que le souhaitaient les propriétaires.

Les entreprises ne connaissent pas toutes le même succès, surtout en restauration. La pénurie de main-d’œuvre, le prix des loyers, la concurrence sont autant de facteurs évoqués lors de récentes fermetures dans ce secteur. La Mama Grilled Cheese n’aura fait qu’un bref passage à Saint-Roch; heureusement, vous pouvez vous rabattre sur celle de Limoilou pour assouvir votre appétence de grilled cheeses.

Envers et contre tout, la diversification de l’offre culinaire dans le quartier s’est encore intensifiée cette année. Si l’an dernier, on a vu les tavernes japonaises affluer, cette année, le végétalien et les becs fins se sont invités. Et comme vous semblez raffoler des chroniques gastronomiques, nous ne pouvions passer à côté de celles qui vous ont le plus interpelé.e.s.

Voici donc un petit flashback gastronomique de vos préférences.

Le jjacques

Les fines bouches ont craqué pour notre article qui parle du restaurant le jjacques – dont le nom se prononce « [ʒak] »,p – et qui offre des repas légers, mais également des cocktails ainsi qu’un bar à huîtres. Les propriétaires, qui se targuent d’offrir une expérience unique, ont même inscrit la citation suivante sur leur site Internet :

« Pour trouver la lumière, suivez le saint vers la cité qui ouvre la porte du royaume des anges. »

Copper Branch

Votre attention a également été captée par l’article portant sur le Copper Branch  qui offre une variété de burgers, de bols énergisants (rappelant les poke bowls) et de smoothies. La bannière a fait sa marque à l’angle de la rue Saint-Joseph et de la Couronne en proposant un menu végétalien sur lequel figurent les smoothies Gandhi, Einstein et Edison. De quoi se recharger l’âme, les méninges et les batteries.

Le Croquembouche

Les becs sucrés ont également été gâtés lorsqu’on vous a annoncé le changement de garde du Croquembouche, qui est passé aux mains du service de banquets et traiteur du George V, affilié à l’Hôtel Château Laurier. Le chef Bartoletti, avec son équipe de nouveaux pâtissiers, a revisité des classiques, comme le Paris Brest devenu Paris Québec. Ce qui lui permet d’ajouter une touche locale en travaillant, par exemple, avec des produits provenant de l’Ile d’Orléans.

Plus de clics

Un nouveau phénomène s’est manifesté cette année dans nos statistiques : certains articles publiés en 2018 ont gagné en popularité. C’est le cas, entre autres, de ceux concernant le Bati Bassac, maintenant rénové et assorti d’un cantine, ainsi que celui de la taverne japonaise Torii Izakaya. Bon, ces articles n’ont pas dépassé les six milliards de clics en 2019 comme ce fut le cas de la vidéo de Luis Fonsi « Despacito » sur YouTube, mais tout indique qu’ils ont encore une utilité.

D’autres articles publiés en 2017 et 2018 ont attiré votre attention en 2019. Nous en parlerons demain dans le deuxième volet de cette rétrospective…