Théâtre de la Bordée : un projet pour s’ancrer dans son milieu | 22 octobre 2018 | Article par Léa Fischer-Albert

Michel Nadeau, directeur artistique, et Rosie Belley, Responsable des projets spéciaux et de la médiation culturelle, Théâtre de La Bordée.

Crédit photo: Gracieuseté, Théâtre La Bordée

Théâtre de la Bordée : un projet pour s’ancrer dans son milieu

Le Théâtre de la Bordée a lancé la semaine dernière un projet de médiation culturelle qui ajoutera à sa saison des ateliers d’écriture pour tous suivis de soirées de lecture intitulées Enjeux en scène.

Pendant les soirées, les artistes en tête d’affiche liront des textes de leur cru sur les thèmes du projet – cohabitation linguistique, diversité sexuelle et de genre, réalité autochtone – puis des extraits des textes écrits par les participants aux ateliers d’écriture. Le tout sera suivi d’une discussion animée par Michel Nadeau, directeur artistique de la Bordée. L’activité offerte à peu de frais (5 $ pour les ateliers d’écriture et 10 $ pour les Soirée Enjeux en scène) a pour but d’ouvrir le Théâtre de la Bordée à tous, afin que l’institution s’ancre bien dans son milieu.

Le Théâtre de la Bordée  a collaboré avec trois organismes afin de développer les thèmes de ces soirées : le Morrin Centre, Gris Québec ainsi que Kawhiatonhk! Questionné à savoir pourquoi la médiation culturelle prend une place de plus en plus importante au Théâtre de la Bordée, le directeur artistique Michel Nadeau répond :

« Pour moi, c’est important que ça paraisse qu’on est situé dans le quartier Saint-Roch. Ce n’est pareil que si on était en Haute-Ville, sur Grande-Allée (…), on fait partie d’un écosystème théâtral, mais aussi social, et pour moi, c’était important d’avoir des activités qui rendent compte de ça. »

Depuis l’arrivée de M. Nadeau en 2016, le personnel a été réorganisé pour accueillir une Responsable des projets spéciaux et de la médiation culturelle, en l’occurrence Rosie Belley. Plusieurs projets ont été mis en place, comme la distribution de 260 billets gratuits aux organismes soutenant les nouveaux arrivants dans le quartier ou le Club des jeunes ambassadeurs pour rejoindre les jeunes du secondaire et du Cégep.

Rejoindre les communautés anglophones, LGBTQ+ et autochtones

Avec Enjeux en scène, le but est de rejoindre des communautés particulières – la communauté anglophone, LGBTQ+ et autochtone – afin que leurs membres se sentent bienvenus pendant ces soirées pour partager leurs expériences et leurs réalités.

« Le but est de créer un espace de rencontre, de discussion, de dialogue. C’est vital. Le Théâtre, c’est un art, mais c’est aussi un citoyen dans une ville et il faut qu’il s’adresse aux citoyens », dit Michel Nadeau.

L’affiche des soirée Enjeux en scène

Le premier atelier d’écriture, portant sur la cohabitation linguistique et animé par Monique Polak, aura lieu au Morrin Centre le samedi 27 octobre 2018, de 13 h 30 à 15 h. Il sera suivi de la première soirée Enjeux en scène le lundi 12 novembre 2018, à 19 h 30. Le second atelier abordant le thème de la diversité sexuelle et de genre, animé par Simon Boulerice, aura lieu le samedi 12 janvier 2019, à la Maison de la littérature. La soirée sur le même thème est prévue le lundi 28 janvier 2019 à 19 h 30, au Théâtre de la Bordée. Enfin, le dernier atelier d’écriture ayant pour thème la réalité autochtone et animé par Louis-Karl Sioui aura lieu le samedi 16 février 2019 à la Maison de la littérature, et la soirée, elle, sera le lundi 11 mars 2019, à 19 h 30, toujours au Théâtre de la Bordée.

Plusieurs artistes se joindront aux soirées : Catherine Dorion, Kevin McCoy, Lauren Hartley, et plusieurs autres seront de la partie. Chaque soirée thématique est également liée à un spectacle de la programmation : Cohabitation linguistique est jumelée au spectacle The dragonfly of Chicoutimi, Diversité sexuelle et de genre est liée à Rotterdam, et Réalité autochtone est associé à Sauver des vies.