Saint-Roch et sa revue de l’année 2018 – 1 de 2 | 28 décembre 2018 | Article par Catherine Breton

Crédit photo: Véronique Demers

Saint-Roch et sa revue de l’année 2018 – 1 de 2

Changements, évolutions, révolutions : chaque année est ponctuée d’évènements qui façonnent le paysage économique, social et culturel de nos arrondissements. En 2018, voyons un peu ce qui a marqué le quartier Saint-Roch dans cette rétrospective condensée.

Gastronomie, écologie, politique et divertissement – parce que ça va si bien ensemble – et autres sphères de la vie de quartier… Monsaintroch revient sur les articles qui vous ont le plus intéressés et les sujets qui ont retenu l’attention.

Divertissement

Commençons tout en légèreté, en rappelant qu’une seconde entreprise en jeux d’évasion a élu domicile dans Saint-Roch, au 626 rue Saint-Joseph Est. Le principe de ce type de jeux grandeur nature consiste à prendre part à un scénario dans un univers immersif digne des jeux vidéo ou des films. Sauve qui peut propose donc des missions thématiques qui invitent les participants à résoudre une série d’énigmes, dans un intervalle de 60 minutes maximum.

Un défi autrement plus divertissant que d’essayer de comprendre ce qui se passe dans l’énigmatique tête du président du pays le plus puissant du monde connu lorsqu’il demande à un enfant de 7 ans, la veille de Noël, pourquoi, à son âge, il croit toujours au Père Noël… De quoi garrocher dans le fond de l’âtre le verre de lait et les traditionnels biscuits réservés à cet icône de la candeur enfantine.

Faute de biscuits aux États-Unis, le Père Noël pourra venir se régaler dans Saint-Roch

Le Bati Bassak, à présent rebaptisé Bati Bassac, s’inscrit dans la catégorie des renouveaux notoires : nouveau logo, menu bonifié de spécialités laotiennes et thaïs, permis d’alcool et carte de cocktails, rénovations majeures. L’établissement compte plus de places à l’intérieur, mais est aussi pourvu d’une cantine extérieure durant la saison estivale. Bref, une mue réussie qui plait beaucoup à la clientèle.

Les saveurs d’Asie ont foisonné en 2018 dans le quartier avec l’apparition, en février, de la taverne japonaise Hono Izakaya et en juillet d’une deuxième taverne japonaise, le Torii Izakaya. Sans oublier le Bols et Poké qui ouvrait une succursale sur la rue Saint-Joseph au mois de mai.

Les saveurs indiennes se sont aussi invitées dans le quartier avec le Bombay Express – oui, oui, comme sur René-Lévesque – qui a ouvert une deuxième succursale au 312 de la Couronne.

Heureusement qu’il y a des choses plus faciles à digérer que d’autres… Espérons que le quartier Saint-Roch ne se fera pas pointer du doigt pour cause d’appropriation culturelle en matière de gastronomie!

Bouffe et écologie

Toujours du côté de la bouffe, on ne saurait passer à côté du Haricot magique. Cette coopérative de solidarité zéro déchet, fréquentée par un nombre grandissant de citoyens, se développe lentement mais sûrement. Toujours à l’affut des désirs et besoins de sa clientèle, les propriétaires de cette épicerie nouveau genre adaptent régulièrement leurs produits et services.

Signer le Pacte c’est bien, mais passer à l’Acte, c’est encore mieux! Si jamais vous vous cherchiez une résolution pour 2019, en voilà une.

Parce qu’il n’y a pas que le pain et les jeux… parlons politique

On ne saurait passer à côté de l’impact qu’on eu les élections provinciales d’octobre dernier dans Taschereau, avec le départ d’Agnès Maltais. Elle aura siégé 20 ans à l’Assemblée nationale, inlassablement motivée à faire avancer d’importants dossiers, particulièrement pour la région de Québec.

Le maire Labeaume la décrit comme une femme courageuse, connectée sur les aspirations de la population. De grandes chaussures à remplir…

Ce qui m’amène tout naturellement à l’arrivée remarquable de Catherine Dorion, qui d’emblée a imposé son style. Et je ne parle pas de guenilles ici. Si les deux femmes partagent un amour indéfectible pour la culture, elles proposent des approches pour le moins différentes.

Catherine Dorion, intellectuelle, poète et comédienne, manie habilement la langue et les idées. Au vu de la couverture médiatique dont elle a fait l’objet depuis les élections, il sera assurément passionnant de suivre ses aventures à l’Assemblée nationale tout au long de l’année.

Histoire à suivre lundi 31 décembre, dans la seconde partie de notre revue annuelle…