Saint-Roch dans les années 1960 (22) : la rue Saint-Roch | 19 août 2018 | Article par Jean Cazes

La rue Saint-Roch en 1967.

Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Saint-Roch dans les années 1960 (22) : la rue Saint-Roch

La série « Saint-Roch dans les années 1960 » revisite le passé du quartier à travers des images d’archives tirées de diverses sources.

Immortalisée le 10 octobre 1967, la scène à la une est tirée d’un négatif représentant l’intersection des rues de la Reine et Saint-Roch (aujourd’hui, la rue du Prince-Édouard) dans le quartier Saint-Roch (description des Archives de la Ville de Québec.

La photo comparative de la galerie ci-bas, en direction sud-est, date du 9 août 2018. Face à l’autoroute Dufferin, la microbrasserie La Barberie grandit depuis 1997 dans une partie du bâtiment de Muguet Uniformes, qui s’affichait à l’époque comme étant « le nom le plus réputé du Canada ».

L’autoroute qui a balafré le visage du quartier

Le montage ci-dessus compare deux vues aériennes du secteur : 1948 et 2016. La première capture est tirée de la mosaïque d’orthophotographies de 1948 (Centre Géo/Stat de l’Université Laval). La Barberie est notamment localisée sur la capture Google Maps.

À la fin des années 1960, la vague de démolitions qui a précédé la construction de l’autoroute Dufferin-Montmorency a entraîné, faut-il le rappeler, l’expropriation de quelque 2000 citoyens de la Basse-Ville, principalement des résidents de l’ex-paroisse Notre-Dame-de-la-Paix, au sud du boulevard Charest Est. Beaucoup d’entre eux ont été contraints de déménager dans les HLM de la Place Bardy.

C’est dans la foulée de cette « rénovation urbaine » qu’une partie de la rue Saint-Roch a disparu. Soulignons enfin que les bretelles menant directement à la falaise sont aussi disparues du site de l’ancienne paroisse en 2008.

Archives de la Ville de Québec

À l’exemple de la photo en vedette, les images archivées de la Ville de Québec sont disponibles en ligne. On peut en faire la diffusion sans licence et sans frais en utilisant les vignettes estampées au logo de la Ville et en citant correctement les sources.

Voir le billet précédent de la série : Vous souvenez-vous des Fourrures Lachance ?