Le Rallye Saint-Roch fait des heureux | 8 août 2018 | Article par Geneviève Morin

Crédit photo: Geneviève Morin

Le Rallye Saint-Roch fait des heureux

Le samedi 4 août, la population était conviée au Rallye Saint-Roch, une nouvelle activité pour faire découvrir (ou redécouvrir) les organismes du quartier. Le Rallye se terminait par un tirage animé lors d’un 5 à 7 à la Marina Saint-Roch.

Sous le soleil exactement, je commence ce Rallye organisé par L’Engrenage de Saint-Roch avec une envie de fraîcheur, vite comblée par le potager collectif de Verdir Saint-Roch. Un buffet champêtre m’y attend, plus précisément un potluck. Je suis impressionnée par une salade composée de végétaux du potager, dont plusieurs fleurs comestibles. Aussi belle que bonne, cette salade! Un passant, ravi du repas, me demande de le prendre en photo pendant qu’il s’éloigne, victuailles à la main.

Une atmosphère bon enfant

Un jeune homme arrive au potager avec son hérisson domestique, ce qui provoque un joyeux attroupement. Il est un peu passé midi. Même si le rallye vient à peine de commencer, on sent déjà une atmosphère bon enfant s’installer : je me sens chez moi.

Au kiosque de Craque-Bitume, j’apprends à identifier l’herbe à poux en début de croissance : mieux vaut l’arracher quand elle est jeune, me dit-on. Je repars avec des semences de choux et de laitues. Plus d’excuses pour négliger mon jardin! J’assiste ensuite, fascinée, à l’atelier de sérigraphie DIY (dirigé par Hélène Pélissier, de PECH et Verdir Saint-Roch), où les passants impriment un vêtement au logo de Verdir Saint-Roch. J’apprends au passage la réponse à ma question de Rallye, que je note scrupuleusement dans mon carnet. Je repars avec en main la liste des activités à venir (toutes gratuites!) organisées par Verdir Saint-Roch.

Aux kiosques, des humains passionnés

Je me dirige ensuite à la place publique l’Éphémère, située entre PECH et le SQUAT Basse-Ville. J’y suis accueillie par Boromir Vallée Dore (oui oui, c’est son vrai nom!), un travailleur du Carrefour Jeunesse Emploi (CJE) de la Capitale Nationale à la bonne humeur contagieuse. J’en profite pour prendre une boisson gazeuse (il faut chaud, mes aïeux!) et admirer un mécanisme écolo qui permet de mélanger un smoothie en quelques pédalées de vélo.

Je vais aussi à la rencontre de Nadège Lachance du Centre Communautaire l’Amitié, qui m’explique avec passion les services offerts par l’organisme (je ne connaissais que l’aide alimentaire, qui n’est qu’un volet parmi tant d’autres). Elle me donne une copie papier du calendrier des activités d’août du Centre. Bon à avoir!

Mon calendrier sous le bras, je me dirige vers la bibliothèque Gabrielle-Roy, tout en essayant d’éviter les attaques peu subtiles que me lance le soleil à grands coups de rayons UV. Après une pause (climatisée!) à l’intérieur, le temps de cueillir quelques réponses dans mon carnet, je passe saluer les exposants du projet L.U.N.E et de Point de Repères. J’apprends que le champ d’action de Point de Repères est pas mal plus étendu que je ne le croyais, une bonne nouvelle pour la santé du voisinage.

Pousser la chansonnette au parvis

Le temps passe vite en bonne compagnie! Je file au parvis de l’église Saint-Roch, où je croise Brigitte Lasalle qui, installée au piano, m’invite à pousser la chansonnette. Pendant que les notes montent dans l’air (les miennes, un brin timidement), le temps se suspend.

Je bondis ensuite vers le kiosque du syndicat IWW, attirée par les mots « Éduquer-Agiter-Organiser ». J’y apprends des militantes Linh Nguyen et Marie-Michelle Tremblay qu’on n’a pas besoin d’être syndiqué pour s’impliquer dans le IWW de Québec. On peut, par exemple, joindre le Comité de solidarité alimentaire par simple désir de combattre la faim.

Un saut de courte durée me mène au Carrefour familial des personnes handicapées, car l’orage menace. Je découvre, admirative, que cet organisme défend les droits des personnes handicapées depuis… 1949! Le temps d’observer une jeune femme jouer au basket dans une chaise roulante prêtée par Adaptavie, je me fais rattraper par la pluie. Une pluie si tenace qu’elle force le report du tirage à demain.

Un tirage, de nombreux heureux

Quelque 24 heures plus tard, je termine mon périple en me pointant au 5 à 7 de la Marina Saint-Roch. Quel plaisir de photographe que de croquer le portrait des participants rassemblés près de l’eau pour le tirage! La foule étant assez restreinte et les prix, nombreux, la majorité des gens présents repartent armés d’une carte-cadeau d’un commerce du quartier. Et, comme moi, enrichis des rencontres humaines que le parcours a délicatement placés sur leur route.