Jamboree 2018 : une première journée peu prolifique pour les Québécois | 22 mars 2018 | Article par Céline Fabriès

Kim Lamarre

Crédit photo: Mathieu Bélanger

Jamboree 2018 : une première journée peu prolifique pour les Québécois

La première journée du Jamboree 2018 présentée à l’Îlot Fleurie, jeudi, était consacrée aux qualifications en freeski. La Québécoise Kim Lamarre s’est qualifiée pour la finale de samedi en prenant la 4e place.

C’est la Chilienne Dominique Ohaco qui a réalisé le meilleur score des qualifications après deux vagues. Les Canadiennes Elena Gskell et Dara Howell ont terminé à la 2e et 3e places. Samedi, six femmes s’affronteront pour remporter la médaille d’or. Deux dernières qualifiées sont l’Italienne Silvia Bretagne et la Canadienne Megan Cressey.

Chez les garçons, en l’absence du médaillé de bronze en slopestyle aux Jeux olympiques de Pyeongchong, Alex Beaulieu-Marchand – qui a préféré privilégier l’offre d’une équipe de tournage pour une vidéo – aucun Québécois n’a réussi à se qualifier pour la finale.

Alex Bellemare s’est blessé lors de son premier saut.

« Pour ma première descente, j’ai vraiment essayé de me mettre le plus aérodynamique possible de reculons. Quand j’ai décollé sur le saut, j’étais trop penché et mon ski est resté accroché dans la neige, mon corps a tourné, mais pas mes skis », a expliqué l’athlète en conférence téléphonique depuis sa chambre d’hôtel.

En tombant, Alex Bellemare a vraiment cru s’être blessé gravement au genou. Par la suite, avec la douleur, le skieur a préféré ne pas prendre part à la seconde descente.

Le finlandais Elias Syrja a pris le premier rang des qualifications devant le Canadien Teal Harle (5e en slopestyle aux JO) et le Suisse Jonas Hunziker (10e en slopestyle aux JO). Deux autres Canadiens se sont également qualifiés pour la finale, Max Moffatt et Evan McEachran (6e en slopestyle aux JO).

Rappelons que l’épreuve de big air en freeski n’est pas une épreuve olympique. Elle le deviendra peut-être en 2022 au Japon.

Une 10e édition printanière

Présenté depuis 2009, le big air se déroule pour la première fois en mars, une volonté de Gestev, alors que les éditions précédentes devaient parfois composer avec des températures sibériennes. L’équipe de Gestev espère convaincre la Fédération internationale de ski (FIS) de garder cette date pour les prochaines années.

Le Jamboree Québec est la seule étape de la Coupe du monde FIS de snowboard présentée en sol canadien pour la saison 2017-2018. La structure métallique mesure 43 mètres de hauteur et 91 mètres de longueur. La rampe de départ fait 6,1 mètres de longueur. Les athlètes doivent s’élever au-dessus d’un saut de plus de 4 mètres de haut et long de 9,7 mètres. Enfin, 10 000 pieds cubes de neige ont été nécessaire pour la structure.

Vendredi, les médaillés olympiques Laurie Blouin et Max Parrot entrent en lice en snowboard pour les qualifications. Celles-ci s’échelonnent de 13 h 30 à 16 h 45. Les finales auront lieu samedi à partir de 16 h pour le freeski et 20 h pour le snowboard.