Diane Lavallée, candidate du Parti Québécois dans Taschereau | 17 septembre 2018 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Véronique Demers

Diane Lavallée, candidate du Parti Québécois dans Taschereau

En vue des élections provinciales 2018, nous allons à la rencontre des candidat.e.s de Taschereau pour connaître leurs motivations, leur vision et leurs priorités sur des enjeux de la circonscription. Sous la forme d’un questionnaire électoral – le même pour tou.te.s  – voici les réponses de Diane Lavallée, candidate du Parti Québécois.

Pour faire connaissance…

Originaire de Contrecoeur, près de Sorel, Diane Lavallée demeure à Québec depuis 26 ans. Infirmière de profession, la candidate du PQ dans Taschereau a un parcours de vie voué à la défense des droits des travailleurs. Elle a défendu pendant 7 ans les personnes marginalisées à titre de curatrice publique. Depuis 2015, elle est consultante en gestion.

Quel est votre lien avec Taschereau?

Je ne vis pas dans Taschereau, mais j’y ai travaillé pendant 20 ans, au sein de la fonction publique. C’est pratiquement impossible de vivre à Québec, sans vivre une partie dans Taschereau, ne serait-ce que pour la consommation culturelle, les festivals, les restaurants et les activités à grand déploiement.

Pourquoi avoir choisi de vous engager pour le PQ?

Pour moi, la question n’était pas le PQ, puisque c’était évident pour moi, mais c’était plutôt de savoir si j’allais ou non en politique. (Le PQ) est un parti social démocrate qui véhicule des valeurs de justice et d’équité. Il a guidé toutes mes actions jusqu’à maintenant. La souveraineté du Québec, j’y crois fermement; c’est un projet emballant.

Quelle est votre vision du rôle de député?

Un député est une personne très près des gens de son comté, de leurs besoins, de leurs préoccupations. Il faut être capable de bien les représenter à l’Assemblée Nationale. Je veux défendre leurs droits haut et fort, tant sur la place publique qu’auprès des influenceurs.

Quel dossier jugez-vous prioritaire pour Taschereau?

Il y a une diversité d’enjeux importants. Dans Taschereau, il y a une population d’aînés vulnérables et peu fortunés. Il faut augmenter de 100 M$ par année le budget alloué aux services de soins à domicile. Il est nécessaire de développer une politique du proche aidant, qui a besoin de répit. Autrement, nous avons besoin de services de santé adaptés, à proximité. Pas clinique privée. Enfin, il faudrait accorder plus de subventions aux organismes communautaires, soit à la mission (sur une période plus longue), et non au projet.

Enjeux locaux

Quelle est votre vision du développement économique dans Taschereau?

Je veux diminuer la paperasse administrative pour les PME, mais offrir aussi du soutien financier aux entreprises en démarrage (avantages fiscaux) et à la vente des entreprises. Je veux faciliter le rachat (des entreprises) par les employés ou les familles.

Diane Lavallée en discussion avec une citoyenne.
Crédit photo: Véronique Demers

Quelle est votre vision de la politique de transport à Québec?

On appuie le dossier de transport structurant présenté par la Ville de Québec, mais aussi le transport actif, comme la marche, le vélo. On veut aussi proposer des choses intéressantes pour développer l’autopartage.

Quelle est votre vision du développement social dans Taschereau?

Il faut soutenir les entreprises d’économie solidaire. La CDEC (Corporation de développement économique communautaire) de Québec est un bon exemple; elle aide les gens à développer leurs plans d’affaires. C’est important d’aider aussi les entreprises innovantes en technologies et en jeux vidéo, notamment dans Saint-Roch, celles qui démarrent et établir un maillage entre les grandes et petites entreprises pour permettre un rayonnement à l’international.

Quel est pour vous le rôle des arts et de la culture dans la société, notamment dans Taschereau?

Les arts et la culture, c’est l’âme d’un peuple. Notre âme est très riche, belle et créative; elle rayonne partout sur la planète. On s’engage à augmenter de 30% les fonds qui sont convenus dans ce qui est déjà en place (dans la politique culturelle). On veut aussi assurer un passeport annuel donnant accès à des visites dans les musées ou au théâtre, pour sensibiliser les jeunes à l’art.

Si le PQ est élu à l’Assemblée Nationale, quelle est la première chose que fera votre parti?

On va mettre de l’ordre dans les services sociaux, la santé, l’éducation, en apportant des modifications aux politiques, aux lois, pour une approche plus humaine, centrée sur les besoins de la population.

Florent Tanlet, candidat du Parti libéral du Québec dans Taschereau
Catherine Dorion, candidate de Québec solidaire dans Taschereau
Élisabeth Grégoire, candidate du Parti vert du Québec dans Taschereau
Svetlana Solomykina, candidate de la Coalition avenir Québec dans Taschereau
Christian Lavoie, candidat de Citoyens au pouvoir du Québec dans Taschereau
Marcel Rouette-Martel, candidat du Parti conservateur du Québec dans Taschereau
Guy Boivin, candidat de l’Équipe Autonomiste dans Taschereau 
Roger Duguay, candidat du Nouveau Parti démocratique du Québec