Catherine Dorion, candidate de Québec solidaire dans Taschereau | 6 septembre 2018 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Véronique Demers

Catherine Dorion, candidate de Québec solidaire dans Taschereau

En vue des élections provinciales 2018, nous allons à la rencontre des candidat.e.s de Taschereau pour connaître leurs motivations, leur vision et leurs priorités sur des enjeux de la circonscription. Sous la forme d’un questionnaire électoral – le même pour tou.te.s  – voici les réponses de Catherine Dorion, candidate pour Québec solidaire (QS).

Pour faire connaissance…

Catherine Dorion s’est présentée en 2012 et en 2014 avec Option nationale, maintenant fusionnée à QS. L’artiste limouloise est l’auteure de Les luttes fécondes et du roman jeunesse Ce qui se passe dehors. Elle détient également une maîtrise en relations internationales du King’s College de Londres.

Quel est votre lien avec Taschereau?

J’ai grandi dans Saint-Jean-Baptiste, j’ai étudié dans le Vieux-Québec, puis j’ai habité dans Saint-Roch et Saint-Sauveur. Depuis environ quatre ans, j’habite dans une coopérative d’habitation à Limoilou.

Pourquoi avoir choisi de vous engager avec Québec solidaire?

Depuis 2014, j’ai travaillé fort à la fusion (d’Option nationale avec Québec solidaire). Je souhaite oeuvrer pour l’indépendance du peuple, pour qu’il soit responsable de ses décisions et qu’il ne soit plus tassé par l’élite politique.

Quelle est votre vision du rôle de députée?

Son rôle est de créer du mouvement, de faire en sorte que les aspirations du peuple prennent forme. Il faut donner plus de pouvoir aux initiatives locales et décentraliser le pouvoir, pour libérer la force du peuple.

Quel dossier jugez-vous prioritaire pour Taschereau?

Il n’y a pas un dossier en particulier pour moi, mais l’idée de retrouver du temps et d’avoir une qualité de vie, de ne plus être tout le temps en mode productivité est très importante pour moi. Concrètement, ça peut se traduire par un projet de loi anti burn-out, un projet de loi sur la déconnexion (du travail) et plus de soutien financier pour les pairs aidants.

Enjeux locaux

Quelle est votre vision du développement économique dans Taschereau?

La candidate de Québec solidaire dans Taschereau, Catherine Dorion, souhaite que les citoyens retrouvent une certaine qualité de vie et ne soient pas toujours en mode « productivité ».

Que le salaire minimum soit à 15 $/h dans les entreprises, qui recevraient une aide économique, et que la Caisse de dépôt et de placement finance des entreprises d’économie sociale qui ont un volet écoresponsable.

Le taux d’imposition sur les grandes entreprises a baissé avec le temps. De plus en plus, il y a une concentration du pouvoir. C’est un mouvement difficile à inverser. Mais je crois à la force du nombre. Ça s’est produit dans l’histoire; on en a vécu un aperçu en 2012 (Printemps érable). On n’est pas seuls. Les mouvements (contestataires) se multiplient, que ce soit en France, en Écosse ou en Catalogne.

Quelle est votre vision pour la politique de transport à Québec?

L’argent destiné au troisième lien servirait au transport en commun (Québec solidaire est le seul parti politique à écarter la réalisation du troisième lien). On souhaite réduire le prix  du transport en commun de 50 % et en augmenter la fréquence, mais aussi transformer l’autoroute Laurentienne en boulevard urbain. Et d’ici 2030, s’assurer qu’il n’y ait que des voitures hybrides ou entièrement électriques sur les routes.

Quelle est votre vision du développement social dans Taschereau?

Il faudrait orienter la vie autrement que vers le travail seulement. Et s’assurer aussi que les gens qui sont sur l’aide sociale reçoivent plus, qu’ils aient un niveau de vie décent et une marge de manoeuvre pour des projets de vie, au lieu de toujours courir après l’argent. Une assurance universelle comprenant une assurance dentaire est aussi une priorité pour Québec solidaire. Beaucoup de gens ne vont pas chez le dentiste, faute de moyens.

Quel est pour vous le rôle des arts et de la culture dans la société, notamment dans Taschereau?

L’art devrait faire partie de la vie. Il faudrait démocratiser la pratique des arts. Aujourd’hui, l’art est consommé… Il faudrait trouver une nouvelle façon de financer les arts. Taxer les fournisseurs d’accès Internet pourrait être un bon moyen, mais aussi les plateformes comme Spotify, iTunes, pour que les artistes reçoivent plus. Bref, il faudrait veiller à ce que les initiatives vouées à l’art soient multipliées.

Le mot de la fin

Si Québec solidaire est élu à l’Assemblée nationale, quelle est la première chose que fera votre parti?

On fera une assemblée constituante, avec des citoyens, pour écrire une nouvelle constitution.

À lire aussi :

Florent Tanlet, candidat du Parti libéral du Québec dans Taschereau
Élisabeth Grégoire, candidate du Parti vert du Québec dans Taschereau
Svetlana Solomykina, candidate de la Coalition avenir Québec dans Taschereau
Christian Lavoie, candidat de Citoyens au pouvoir du Québec dans Taschereau
Marcel Rouette-Martel, candidat du Parti conservateur du Québec dans Taschereau
Guy Boivin, candidat de l’Équipe Autonomiste dans Taschereau
Roger Duguay, candidat du Nouveau Parti démocratique du Québec
Diane Lavallée, candidate du Parti Québécois dans Taschereau