Archéologie sonore et arts multi en folie à la Marina | 13 juillet 2018 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Productions Rhizome

Archéologie sonore et arts multi en folie à la Marina

En conclusion des Contes des Estuaires, un projet peu commun amorcé à l’hiver avec une école primaire et deux organismes de la Basse-Ville, petits et grands peuvent participer à une campagne d’archéologie sonore jusqu’à ce samedi 14 juillet 17 h à la Marina Saint-Roch.

L’activité est orchestrée par l’organisme artistique les Productions Rhizome, dans le cadre d’un échange avec Arkham sur Loire, à Nantes en France. Depuis le début de l’année, des ateliers ont eu lieu avec des enfants sur les deux continents. Ceux de Québec fréquentaient l’école Sacré-Coeur, la Joujouthèque Basse-Ville, le Pignon Bleu. À travers des ateliers d’écriture, de bricolage, de création sonore et visuelle avec des artistes, ils ont imaginé la cité idéale. Et ils ont tenté d’élucider un mystère du passé impliquant deux personnages venus de Nantes, au 18e siècle, sur un bateau nommé L’Hypérion : Charlotte Sémaphore, journaliste, et Alcide Lachance, botaniste.

Cette « aventure transatlantique et transmédia » les a amenés jusqu’au MLab Creaforme du Musée de la civilisation en mai, pour une résidence avec une pléiade de créatrices et créateurs de tous horizons. Ils ont mis au point une maquette 3D, cartographie interactive de la cité idéale.

Cartographie interactive de Cité Idéale

Les premiers explorateurs/testeurs de nos cités idéales s'amusent et découvrent au Musée de la civilisation, grâce au travail des artistes nantais et québécois Maxime Labat, Etienne Baillargeon, Jérôme Fihey, Jean-François Lahos et Laurent La Torpille pendant ces deux semaines de workshop.Une co-production Arkham sur Loire et Rhizome littérature vivante

Posted by Arkham sur Loire on Saturday, May 26, 2018

Arts multi en folie

Au début juillet, un Manifeste pour une Cité idéale a été déterré et diffusé sur les réseaux sociaux, en prévision du chantier d’archéologie sonore à la Marina, dans l’espoir d’élucider l’énigme de départ des Contes des Estuaires – et celle de la cité idéale :

« Suivant les techniques d’archéologie sonore développées par Charlotte et Abraham Sémafore et leurs descendants, des sons emprisonnés dans la vase de la rivière Saint-Charles seront libérés. Pour ce faire, une excavatrice sonore sera montée en bordure de la Marina. Le public pourra venir écouter les sons prélevés et se faire raconter l’histoire du navire de l’Hypérion et de la Cité idéale. En fait, on sait que l’épave de l’Hypérion, bateau sur lequel Charlotte Sémafore et Alcide Lachance sont venus de Nantes à Québec s’est échoué dans la rivière Saint-Charles. »

La dernière journée pour découvrir l’étonnant dispositif et le fruit de l’excavation en cours coïncide avec le Samedi arts multi en folie proposé par l’Espace Marina Saint-Roch. La journée débute par un éveil musical pour les 0-8 ans dès 10 h, se poursuit avec un atelier de sérigraphie sur cartes postales en collaboration avec Engramme et se termine par une projection du Festival Filministes de 19 h à 22 h.

On retrouve les détails de l’aventure des Explorateurs – Contes des Estuaires en ligne au https://www.les-explorateurs.net/

Les détails du Samedi arts multi en folie de l’Espace Marina Saint-Roch sont accessibles dans l’événement Facebook.

À lire aussi : Contes des Estuaires : Explorateurs cherchent cité idéale