Aménagements cyclables : levée de bouclier pour la côte Badelard | 28 mars 2018 | Article par Dominic Champagne

Crédit photo: Dominic Champagne

Aménagements cyclables : levée de bouclier pour la côte Badelard

Lors d’une tumultueuse séance d’information hier, des citoyens de l’îlot des Tanneurs ont exprimé un fort mécontentement en vue de l’asphaltage de la côte Badelard pour aménager une voie cyclable reliant la rue Arago à la Haute-Ville. Les représentants de la Ville de Québec, qui n’avaient pas vu venir la grogne, retourneront probablement à la planche à dessin.

Autour de la côte Badelard

Une soixantaine de personnes se sont présentées pour 19 h à la salle 300 du Centre Édouard-Lavergne mardi soir. Une bonne dizaine étaient des voisins immédiats de la côte Badelard – voire des propriétaires d’une maison carrément dans la côte – ou des sympathisants du lieu.

Course de la lenteur 2016 organisée par Accès transports viables dans la côte Badelard
Crédit photo: Dominic Champagne

Dans les jours précédents, leur mobilisation avait mené à la création d’un groupe Facebook. Ils y rappellent l’histoire, l’usage qui se fait du parc de la côte Badelard, le seul du secteur. Lieu de rencontre pour le voisinage, il est nettoyé chaque printemps par ces résidents. On y tient plusieurs activités durant la saison estivale, les enfants y glissent l’hiver. Depuis la reconversion de la côte en parc vers 2002, ces citoyens du secteur se la sont appropriée. lls ont un fort sentiment d’appartenance et tiennent également à son pavé.

L’aménagement Arago  – Christophe-Colomb – Badelard

La séance a débuté par la présentation de la voie cyclable qui sera aménagée sur Arago afin de desservir l’axe est-ouest, de la Pente Douce à la côte Badelard. Elle n’implique aucun retrait de cases de stationnements. Elle sera aménagée comme la 3e Avenue, c’est-à-dire que les cyclistes pédaleront entre les autos garées et celles qui circulent. Le rétrécissement de la rue Arago devrait d’ailleurs diminuer la vitesse des nombreuses autos qui transitent par là. Elle deviendra une rue dédiée à la hauteur de Saint-Roch.

Plusieurs citoyens ont souligné qu’on devrait en profiter pour refaire les trottoirs et remettre la rue droite. Pierre-Luc Lachance, conseiller du district Saint-Roch – Saint-Sauveur, a affirmé pousser très fort pour que les réfections des trottoirs se fassent.

Selon des études, notamment de l’Université McGill, Arago a un potentiel d’environ 2500 passages cyclistes par jour. La rue Christophe-Colomb, en sens inverse, deviendra une rue dédiée au vélo sur 2,6 kilomètres, jusqu’à la rue Montmagny. Pour la côte Badelard, qui deviendra un lien nord-sud essentiel pour les cyclistes, il était question de l’asphalter au complet. C’est cette proposition qui a soulevé l’ire de citoyens présents.

Citoyens au micro

Marie-Christine Morin a été la première d’une longue file à s’exprimer : « La côte Badelard est devenue un parc en 2002, pourquoi mettre de l’asphalte dans un parc? L’asphalte contribue au réchauffement de la planète, élargir la piste va augmenter la vitesse des vélos dans la côte. »

« Ça nous a pris du temps avant de proposer l’asphaltage. On veut enlever le pavé pour ne pas qu’il y ait de conflit entre les piétons et les cyclistes », a expliqué Jean-François Martel-Castonguay, urbaniste à la Ville de Québec. Un soupir de mécontentement s’est fait entendre dans la salle, puis un citoyen, sortant de ses gonds : « On vous a jamais vu ! »

La maison d’Ève Beaudry, mère de trois fillettes, se trouve dans la côte. Très attachée à l’endroit, elle a fait valoir son usage d’espace récréatif pour les enfants, ajoutant, visiblement émue : « La côte Badelard est pas juste un parc, c’est un lieu de rencontre pour tout le voisinage ».

D’autres citoyens présents avaient suivi de près le réaménagement de la côte en 2002. Ils ont expliqué que la partie asphaltée était justement la piste cyclable, et que le pavé avait été pensé pour les piétons. Les représentants de la Ville de Québec ont indiqué qu’ils doivent composer avec des règlements et des normes provinciales. Or, selon celles-ci, la voie cyclable telle qu’aménagée en ce moment n’est pas en règles. Elle doit impérativement être élargie.

Plusieurs cyclistes enthousiastes ont félicité la Ville de Québec pour les nouveaux aménagements. Ils ont avancé des pistes de solutions pour la côte Badelard, qui deviendrait la colonne vertébrale du réseau cyclable entre la Haute et la Basse-Ville.

Les soirées d’information et de consultation, même lorsqu’elles portent sur des enjeux majeurs, n’attirent parfois qu’une poignée de personnes. Ce n’était pas le cas cette fois. Les représentants de la Ville de Québec n’avaient pas anticipé la grogne. « Si on avait su, on se serait préparé autrement », a avoué Jean-François Martel-Castonguay.