Nhà Tôi : Ho Chi Minh en Saint-Roch | 30 octobre 2017 | Article par Dominic Champagne

Crédit photo: Dominic Champagne

Nhà Tôi : Ho Chi Minh en Saint-Roch

Piloté par l’équipe du Pied Bleu avec une associée, le Nhà Tôi a pris discrètement la relève de La Petite Boîte vietnamienne au printemps dernier.

Nombreuses sur les réseaux sociaux, les vidéos m’ont donné l’eau à la bouche et m’ont révélé la motivation de l’équipe à mettre l’accent sur l’authenticité de la cuisine vietnamienne, très variée d’une région à l’autre. Et puisque les combinaisons d’épices et d’ingrédients sont presque infinies, tout peut arriver…

En manger une, avant de mourir

Pour moi, cuisine vietnamienne rime avec soupe tonkinoise. Le plat national se mange à toute heure du jour et on le trouve partout. Les Vietnamiens déjeunent à la soupe tonkinoise, ou en mangent à la sortie des bars. Beaucoup plus santé que la poutine, on l’appelle phở et on prononce feu, car le plat aurait été inspiré du pot-au-feu lors de la période coloniale française. D’ailleurs, la langue vietnamienne est la seule de l’Asie du Sud-Est à être composée de l’alphabet latin. Bref, c’est le peuple le plus courageux du monde, et il mange de la soupe le matin.

Un bouillon parfumé aux agrumes, rien de tel pour allumer mes sens. La soupe est bien garnie, avec des tranches de bœufs saignantes bien fraîches. Meilleures boulettes que j’ai mangées dans une soupe à date, un délice! Vous n’aurez pas de coriandre, mais des feuilles de basilic pour accompagner vos fèves germées.

Elle est belle, elle sent bon et elle est réconfortante. Parfait pour tuer un début de grippe ou soulager un mauvais rhume. Attention de ne pas vous tromper, comme je l’ai fait, entre la sauce hoïsin et la sauce soya, pas évident de les distinguer à l’œil.

Un menu varié

On mange au Nhà Tôi avec des bonnes baguettes en bois. Le décor zen nous sort de la grisaille de Saint-Roch un jour de pluie. Les photos de famille et les curiosités sont nombreuses. Il y a une magnifique salle à manger pour un groupe de six personnes. De la salle à manger principale, les fenêtres laissent entrevoir le travail du cuisinier, qui ne s’empêche pas de prendre des nouvelles ou nous apporter un plat.

Nous avons tenté l’expérience du menu à la carte, composé des petits plats à partager. Puisque j’adore ce type de formule, j’ai détourné les yeux du menu midi qui vaut le coup d’œil, car on peut manger un bon repas pour moins de 20 $. Dans tous les cas, avec le menu à la carte, nous avions l’embarras du choix. On a commencé par les rouleaux de printemps bien frais et croustillants. La sauce aux arachides est la meilleure que j’aie mangée, même si j’en fais une très bonne à la maison.

Ah les brochettes!

Elles ont des noms à coucher dehors mais sont délicieuses : on me les a fortement conseillées. Place à la brochette bœuf gingembre, porc au riz grillé et poulet à la citronnelle hachés, sur un lit de laitue. Cette dernière est ressortie du lot, si bien que j’ai commandé un trio supplémentaire avant le dessert. Ah, la boulette !

Des gâteaux

Nous avons pris des gâteaux à la ciboulette et à l’ail. Ils sont servis dans un panier, avec une sauce au poisson bien relevée. Mon accompagnatrice a eu droit à un bon exercice de baguette. Le fait que je déteste les champignons est malheureux, sinon mon choix se serait arrêté sur les gâteaux brioche porc et champignon noir. Il s’agit d’une châtaigne d’eau qui semble poêlée, dans laquelle on a mis un ravioli fourré avec de la ciboulette et de l’ail et bien que ça s’appelle gâteau, ce n’est pas un dessert. Il faut assaisonner un peu puisque l’ail et la ciboulette restent timides, mais avec la quantité de sauces sur la table, ce n’est pas un problème.

Bang bông lan la dù’a

C’est comme ça qu’on écrit « gâteau des anges au pandan » en vietnamien. Super bon dessert, avec une crème de lait de coco bien fraîche. Parfait pour finir ce voyage en beauté.

Convivial, le tout pour 42 $ plus taxes et pourboire. Encore beaucoup de plats à explorer, il est agréable de découvrir de nouvelles saveurs. Le personnel est très relax et prend le temps de bien expliquer chaque plat. Pour le soir, on trouve un bon choix de saké, des alcools de riz, de la boisson à la prune, sans oublier l’incontournable cà phê. Vous pouvez aussi prendre l’ensemble de la carte, un repas en six services, pour 45$ par personne.

Restaurant Nhà Tôi
281 rue de la Couronne
418-204-6323

À visionner aussi : Restaurant Nhà Tôi : un nouveau chez-soi vietnamien