Ouverture en fin d’été et recrutement pour l’épicerie coop zéro déchet

zerodechets1

Le projet d’épicerie zéro déchet en développement depuis juin 2016 adopte la forme d’une coopérative de solidarité et vise une ouverture à la fin de l’été 2017. Entre-temps, ses fondateurs invitent les futurs utilisateurs à manifester leur intention d’y adhérer, afin de démontrer aux partenaires financiers l’intérêt pour une telle épicerie dans Saint-Roch.

Devenir copropriétaires de son épicerie

Depuis ses débuts, le projet bénéficie de l’accompagnement de la Corporation de développement économique et communautaire (CDÉC) de Québec et de la Coopérative de développement régional de Québec (CDRQ). Aux trois  membres fondateurs travailleurs, Myriam Lachance, Marc Hébert, Kathleen Roy, s’ajoutent trois membres fondateurs consommateurs. Ce qui les a motivés à fonder une épicerie coop, c’est le désir de diffuser et de partager des valeurs qui leur sont chères : l’environnement, l’alimentation saine, la coopération.

Une coopérative, c’est la maximisation des avantages pour ses membres avant le profit, c’est une approche démocratique favorisant l’implication de ses membres tout en assurant sa pérennité. Être membre de la coopérative c’est encourager l’économie sociale et être vous-même copropriétaire avec l’ensemble de ses membres », expliquent-ils sur la page Facebook du projet.

La part sociale à débourser pour adhérer comme membre de la coop sera de 10 $; l’adhésion en bonne et due forme et le paiement se feront toutefois plutôt à l’ouverture de l’épicerie. À la présente étape, les porteurs du projet souhaitent que les personnes intéressées manifestent leur intention de devenir membre utilisateur.

Accéder au formulaire d’intention d’adhésion du projet d’épicerie coop zéro déchet dans Saint-Roch.

Complémentarité et partage

En mode coopératif, l’épicerie zéro déchet à venir se veut complémentaire à l’offre déjà en place, aux épiceries spécialisées et autres commerces dont les valeurs s’apparentent à celles des fondateurs.

[Nous voulons] créer des partenariats avec ces derniers. Nous voulons avoir une offre comparable à ce que l’on retrouve dans une épicerie traditionnelle, tant qu’on peut les vendre sans emballage, que ce sont des aliments santés et biologiques », précisent-ils.

Noix, farines, pâtes alimentaires, fruits séchés, légumineuses, graines, cacao et caroube garniront la section des produits alimentaires secs. On trouvera aussi à cette épicerie des huiles végétales et des vinaigres, du sirop d’érable, du miel et des beurres de noix en vrac. Fruits et légumes frais y seront biologiques, et de saison autant que possible. La coop compte aussi offrir des produits laitiers, des oeufs et du tofu biologiques non emballés, du prêt-à-manger et du prêt-à-cuisiner préparé sur place. Enfin, des produits corporels et ménagers, naturels, biodégradables, non toxiques y seront disponibles. On y fera bon usage des contenants et sacs réutilisables, comme à La Récolte à Limoilou, une des épiceries avec lesquelles les fondateurs ont déjà noué amitié. À l’exemple de cette amie limouloise, ils veulent accueillir des ateliers, encourager le partage de connaissances et de recettes.

Confirmé « en grande première » à Monsaintroch, le nom choisi pour la coop est Coopérative de solidarité Le haricot magique. La future épicerie zéro déchet dévoilera bientôt une campagne de sociofinancement et d’autres nouvelles.

Le Haricot magique

À lire aussi : Sondage pour un projet d’épicerie zéro déchet dans Saint-Roch (novembre 2016) et Béa Johnson : rencontrer l’équilibre