441 du Parvis, entre Le Boudoir et L’Air du temps

duparvis_ephemere

La fermeture du Boudoir et l’arrivée prochaine de L’Air du temps, aux mains du réputé Bruno Blais et de son partenaire d’affaires Jean-François Gaudreault, ne sont plus un secret. On ne s’attendait pas pour autant à ce qu’un bar éphémère occupe le 441 du Parvis dans l’intervalle.

Ni Le Boudoir ni L’Air du temps

Responsable des réseaux sociaux pour la nouvelle équipe de gestion, Clovis Jacob explique que le 441 du Parvis – bar éphémère, « ce n’est pas le Boudoir, mais ce n’est pas L’Air du temps ».  Au moment de la fermeture du Boudoir, il y avait « des choses déjà en branle », des ententes à honorer, avec lesquelles doit composer le tandem de nouveaux propriétaires. Ainsi, pendant cette transition, les soirées d’humour du ComédiHa! Club se poursuivent et le menu du Boudoir est toujours en vigueur.Parallèlement, jusqu’au dévoilement de l’Air du temps, l’établissement accueille des tap takeover, c’est-à-dire que les produits de diverses microbrasseries occuperont ses lignes à tour de rôle, aux semaines ou aux deux semaines. Ainsi, à compter d’aujourd’hui même, c’est la Microbrasserie de Charlevoix qui est en vedette… pour un temps « TRÈS » limité, précise-t-on. Incidemment, une soirée d’adieu au Boudoir se tient sur place ce vendredi 28 avril.

Transition… et ambition

gaudreault_blais_441_du_parvisLa période de transition permet aussi à l’équipe de tester, d’expérimenter. Sur sa page Facebook, le bar éphémère incite d’ailleurs ses clients à lui suggérer des microbrasseries pour les prochains tap takeovers. Petit à petit, les associés échafauderont ainsi une carte de bières, vers un ambitieux objectif :

Les propriétaires veulent que ce soit le plus gros pub à bières du Québec. Sans être brasseur, l’Air du Temps veut avoir le plus grand nombre de lignes de fût. »

Avec cet objectif, l’Air du temps prévoit offrir sur ses lignes les produits de microbrasseries voisines comme le Noctem. L’établissement veut se positionner en complémentarité avec les autres acteurs locaux de la bière pour « faire de Saint-Roch une destination bière », résume Clovis Jacob. Il ne manque pas de rappeler la feuille de route de Bruno Blais, bien connu du monde de la bière et des entreprises d’économie sociale, dont le parcours remonte à la fondation de La Barberie.C’est au début juin qu’on verra se dévoiler le concept final – carte, formule et décor renouvelés – de L’Air du temps. On peut s’attendre, dit le responsable des réseaux sociaux, à un endroit festif axé sur les bières québécoises et les produits québécois.

441 du Parvis – bar éphémère(L’Air du temps dès le début juin 2017)441, rue du Parvis418 524-2777