PPU secteur sud : un vent de fraîcheur?

conf presse PPU sud

À l’heure où l’imminente disparition des référendums attire l’attention sur les processus de consultation publique à la Ville de Québec, la présentation de l’avant-projet du Programme particulier d’urbanisme (PPU) pour le secteur sud de Saint-Roch ce matin donnait envie de retrouver un peu de foi consultative.

Rappelons pour la petite histoire qu’en amont de cet avant-projet, un processus de consultation préliminaire en trois volets a eu lieu en 2014-2015 : groupes de discussion ciblés, forum public à la manière « world café », questionnaire en ligne. Pour chaque étape, un rapport a été produit et mis en ligne. Tout au long du processus, tout un chacun pouvait aussi déposer à la Ville de Québec des documents écrits. On en retrouve le recueil en ligne également.

Meilleure densification, espaces améliorés

La volonté de la Ville de Québec de densifier son centre-ville est bien connue. Rares toutefois sont les occasions où l’« échelle humaine » et le « respect de la trame existante » prennent la place qu’ils occupaient ce matin dans les allocutions de la vice-présidente au comité exécutif responsable de la culture, du patrimoine et de l’aménagement du territoire Julie Lemieux, de la conseillère municipale du district Saint-Roch-Sauveur et membre du comité exécutif Chantal Gilbert, et du maire Régis Labeaume. « Les promoteurs disent toujours que pour être rentable, ça prend 100 étages, mais nous aussi, on sait compter », a averti ce dernier.

L’avenir du stationnement Dorchester

Stationnement Dorchester - Saint-Vallier - CaronLe stationnement Dorchester appartenant à Kevlar se retrouverait dans une zone à hauteur maximale de 25 à 28 mètres, soit 7 à 9 étages plutôt que les hypothétiques 10 à 20 étages qu’une démarche du propriétaire laissait présager. Outre la place publique verte qu’il intégrera à l’angle Saint-Vallier Est – Caron, on ne sait rien du potentiel projet pour ce site, sinon qu’il tarde. Le maire, pressé d’y voir autre chose qu’un stationnement, entend faire pression sur Kevlar.

Du logement et des infrastructures

Poste de la ReineL’importance de meilleurs logements pour les familles a été soulignée par les élus, comme elle l’avait été par une très forte majorité de participants aux consultations. Entre autres, on souhaite bonifier l’offre résidentielle du secteur du Poste de la Reine (ci-contre). On n’écarte pas la possibilité d’ajouter des logements sociaux « s’il y a un besoin », a dit le maire. L’avant-projet prévoit la bonification des infrastructures récréatives et de loisir notamment à la Marina Saint-Roch, au parc de la Jeunesse, et pour un centre récréatif. Le bâtiment du centre actuel disparaîtra, un nouveau fera son apparition : une annonce concernant le site de l’ancien cinéma Charest est imminente.Dufferin-MontmorencyLe secteur du carré Lépine et de l’îlot Fleurie, sous les bretelles de Dufferin-Montmorency, est aussi appelé à se refaire une beauté. On souhaite en faire un espace plus agréable qui pourrait accueillir des activités et marquerait une transition attrayante entre Saint-Roch et le Vieux-Québec. En réponse à François Bourque, et malgré qu’il ait évoqué son prédécesseur dans son allocution, Régis Labeaume s’est défendu de vouloir réaliser là « le projet de Jean-Paul L’Allier ».

Verdissement, transports actifs et collectifs

Le densification passera aussi par les travailleurs du quartier, qu’on veut amener y vivre. La tournée d’entreprises numériques dans Saint-Roch effectuée par le maire récemment a été l’occasion d’entendre parler beaucoup de déplacements à vélos, d’espaces publics, de verdure… Ces éléments ont été aussi identifiés comme des « ingrédients du quartier idéal » par une forte majorité lors des consultations préliminaires.Sans surprise considérant les récents dévoilements de la Vision Place aux arbres, de la Vision des déplacements à vélo, du terminus pour le SRB, on a insisté ce matin sur la volonté d’accroître la canopée, pour contrer les îlots de chaleur, et de favoriser les transports actifs et collectifs. La surprise tient davantage au fait que, à la différence du PPU d’entrée de ville, cet avant-projet intègre ces préoccupations. On semble (enfin) reconnaître que ce sont là des éléments indispensables dans un quartier habité, vivant, attrayant, dynamique; dans un centre-ville qu’on veut réaffirmer. On s’attend à des réalisations majeures d’ici 4 ou 5 ans. Mais d’abord, il reste des étapes à franchir vers un PPU définitif.

Et maintenant?

Citoyens, organismes, gens d’affaires, tous sont donc invités « à se prononcer sur les propositions inscrites dans cet avant-projet pour faire du quartier un lieu qui leur ressemble ».[youtube clip_id= »JUeBgzwHktw » width= »625″ height= » »]L’auteure de cet article est aussi une citoyenne affiliée à la coalition de citoyens et d’organismes qui, en plus de participer aux consultations préliminaires pour le PPU secteur sud, avaient mené en 2014-2015 une démarche populaire afin de produire des recommandations et propositions.