Festival d’été de Québec : La scène locale s’illustre à Québec

Source : Le Devoir, Isabelle Porter, 2 juillet 2016

En l’espace de quelques années, le quartier Saint-Roch a gagné au moins trois salles de spectacles, une maison de disques majeure et des dizaines de nouveaux groupes. La scène locale de la capitale est en feu et ça paraît dans la programmation du Festival d’été.

« Il y a vraiment une effervescence, note le directeur de la programmation du Festival d’été, Louis Bellavance. Ç’a été une révélation depuis que je suis ici, et ça continue. » (…)De Karim Ouellet à Tire le coyote, les révélations issues de la capitale se multiplient et le festival nous permettra d’en découvrir des dizaines d’autres cette année. Près de 40 artistes de la capitale sont au programme cette année. Du jamais vu. (…)Histoire d’illustrer le phénomène, Le Devoir a réuni les musiciens de neuf de ces groupes pour une photo dans le quartier Saint-Roch, où la plupart résident et presque tous travaillent. Tous les jours durant le festival, le journal présentera un portrait d’au moins un de ces artistes à découvrir. (…)

Des lieux et un coup de pouce financier

Mais qu’est-ce qu’on a mis dans l’eau ? Comment l’expliquer ? D’abord par les salles, note Karim Ouellet. Après la fermeture du bar Le D’Auteuil il y a dix ans, les artistes moins commerciaux avaient de la difficulté à trouver des lieux pour se faire entendre. Jusqu’à ce que de nouveaux joueurs prennent le relais.« Avec l’Anti, Le Cercle, Pantoum et Le District, c’est incroyable, explique Karim Ouellet. Maintenant, on a presque un spectacle par jour à Québec. » Et tout ça se passe dans le quartier Saint-Roch. « Ça va plus loin que la musique. Ç’a donné un nouveau visage culturel à Québec. »Dans cet écosystème, Pantoum joue un rôle particulier. Plus underground que les autres, la salle présente tous les samedis des prestations de groupes de Québec ou d’ailleurs pour pas cher (10 $ l’entrée). (…)Tout ça en bonne partie grâce à la Ville et à son programme Première Ovation qui subventionne des projets d’artistes locaux depuis 2008 avec le soutien du ministère de la Culture. Chaque année, entre 20 et 40 bourses sont décernées en musique. (…)

Une maison de disques clé

Chose certaine, Karim Ouellet a fait la preuve qu’on pouvait rester à Québec tout en perçant à l’international. « Toute ma gang est à Québec, dit-il. Ma maison de disques, mon groupe. »Sa maison de disques, c’est Coyote Records, un nouveau joueur-clé dans cette nouvelle dynamique. (…)Lire la suite : Festival d’été de Québec : La scène locale s’illustre à Québec.À lire aussi : Comment L’Anti s’est fait une place au Festival d’été de Québec.