Estelle Bachelard, duchesse de Saint-Roch : la beauté dans la diversité

Estelle Bachelard

C’est ce jeudi 28 janvier au Cercle que la Revengeance des duchesses donnera le coup d’envoi de son édition 2016. Cette année, le duché de Saint-Roch est représenté par Estelle Bachelard, auteure de la bande dessinée à succès C’est pas facile d’être une fille tomes 1 et 2.

C'est pas facile d'être une filleLa jeune femme tente l’aventure malgré un horaire déjà bien chargé : « Je me disais que je n’avais pas assez de choses à faire dans ma vie ! » lance-t-elle à la blague.

Je suis pas mal occupée, mais j’avais envie de m’impliquer dans un mouvement féministe. Aussi, j’aime beaucoup mon quartier et je me demandais ce que je pouvais faire de plus. Je trouvais que la revengeance mélangeait bien les deux ! »

Celle qui écrit sous le nom de plume Bach rédigera son blogue sous forme de BD, une première pour la Revengeance des duchesses. Cette expérience lui permettra aussi de sortir de son créneau habituel.

Le quartier interdit

Native de Beauport, Estelle a découvert la Basse-Ville alors qu’elle était au cégep. « Quand j’étais petite, je n’avais pas le droit d’aller dans Saint-Roch ! C’était trop trash avec le mail. » Les enseignants du Cégep de Sainte-Foy, où elle a fait ses études collégiales, incitaient les jeunes à découvrir le centre-ville. Elle y réside maintenant depuis quatre ans, après l’avoir apprivoisé en travaillant chez Frima.

Ce que j’aime beaucoup, c’est la diversité. On retrouve de tout : des trucs très glamour, des entreprises technologiques, des cafés branchés, mais malgré tout, on ne peut pas passer à côté de la pauvreté, toujours présente. »

À la rencontre des gens de Saint-Roch

À travers son blogue, Bach désire montrer le vrai côté de Saint-Roch. Elle a fait une tournée de ses endroits favoris dont la Librairie Pantoute, où elle confie trop dépenser, le Nektar qu’elle aime comme espace de travail mais aussi pour satisfaire la fan de cappuccino en elle. Souhaitant faire des portraits croisés qui mettent en relief la diversité du quartier, elle a rencontré les responsables du Maelstrøm Café, mais également ceux du Café-Rencontre Centre-Ville. Elle avoue avoir un coup de cœur pour le bar Le Dauphin.

Il y a quelque chose d’authentique. Ça ne fait pas semblant d’être autre chose. La 50 est bien populaire, et c’est un karaoké. L’animateur a vraiment du talent. Quand il chante, on voit qu’il est à sa place. Je suis allée faire une entrevue en après-midi et c’était plein. C’était vraiment agréable d’écouter les gens qui sont là depuis toujours. »

Duchesse de Saint-rochL’illustratrice a pu constater que les habitants partagent cet amour profond pour le quartier et elle croit qu’il faut déployer pour lui des efforts constants : « Il ne faut pas tenir Saint-Roch pour acquis. »Estelle Bachelard, duchesse de Saint-Roch, invite les résidents du quartier à la rencontrer lors d’un 5 à 7 au profit du Café-Rencontre Centre-Ville, ce vendredi 29 janvier au Maelstrøm Saint-Roch. La veille, le lancement de la Revengeance au Cercle adopte aussi la formule 5 à 7.