Crudessence : l’alimentation vivante élargit son offre sur Saint-Joseph

Leticia Amaral est la propriétaire de la franchise Crudessence sur la rue Saint-Joseph.
Leticia Amaral est la propriétaire de la franchise Crudessence sur la rue Saint-Joseph.

On connaissait déjà Ôm Prana, restaurant végétalien, un peu plus haut sur la rue Saint-Joseph… Depuis la fin mars, Crudessence vient compléter l’offre santé avec un comptoir-restaurant proposant une alimentation vivante, biologique, végétalienne et sans gluten, ainsi que des ateliers culinaires.

Dans Crudessence, il y a « cru », et c’est bien cela que revendique – en partie – le commerce : consommer des aliments n’ayant subi aucune transformation autre que la fermentation ou la germination. Créé en 2007 par David Côté et Matthieu Gallant, le concept a d’abord été une livraison de boîtes à lunch bio pour finalement donner lieu à l’ouverture d’un premier bar à jus et à une offre de cours d’alimentation vivante à Montréal, un an plus tard. Aujourd’hui, les adeptes peuvent retrouver trois comptoirs et restaurants montréalais ainsi que neuf points de distribution, principalement dans la région de Québec.

Cela faisait longtemps que les concepteurs de Crudessence comptaient ouvrir une succursale à Québec », nous raconte Leticia Amaral, propriétaire avec son conjoint de la franchise sur la rue Saint-Joseph.Beaucoup de gens faisaient l’aller-retour à Montréal pour prendre des cours à l’académie culinaire… J’en faisais partie ! », se souvient-elle.

crudessence-employes-comptoir-restoDiagnostiquée de troubles thyroïdiens, Leticia Amaral n’accepte pas le fait qu’elle devrait prendre des médicaments à vie. Elle se tourne alors vers une naturopathe qui lui parle des bienfaits que pourrait avoir le crudivorisme sur sa santé. C’est ainsi qu’elle met les pieds pour la première fois chez Crudessence :

Ça n’a pas pris beaucoup de temps pour que je me sente mieux, depuis que mon alimentation a changé en 2012. Le même médecin qui m’a diagnostiquée constate les améliorations, même s’il reste toujours sur sa réserve. Ce n’est pas dans sa formation, je le comprends », raconte-t-elle le sourire en coin.

Ça ressemble à quoi, un menu d’alimentation vivante ?

Sur la carte du comptoir-restaurant : des entrées comme des chips de kale (chou frisé) et des soupes, des salades-repas (notamment avec des pousses), des sandwichs disponibles même sur du pain à burger sans gluten (oui, c’est possible) et des rouleaux. Côté plats, on se laisse surprendre par des nouilles de fèves noires à la japonaise ou une lasagne au pesto étagée de courgettes.Les desserts ne sont pas en reste. Le client redécouvre la tarte à la lime avec une mousse d’avocat à la lime et citron ou encore le Gâteau faux-mage aux bleuets avec un fromage de noix de cajou au miso. Le chef s’amuse à revisiter nos classiques.crudessence-sushi-smoothie-pouding-chia-comptoir-restoOn n’oublie pas non plus les jus et les smoothies qui sont l’essence de l’entreprise. Les jus verts, rouges et orange ont toujours la cote. Quant aux smoothies, tous plus étonnants les uns que les autres, on est loin des classiques mélanges de fruits. Le plus surprenant ? Le Beebuzz à base – entre autres – de pollen d’abeille, de banane et de mesquite, un acacia mexicain.Et si le client souhaite un smoothie plus consistant en guise de repas, il peut prendre un « elixir », préparé avec un superaliment, qui contient plus de vitamines, d’antioxydants et de minéraux. Pour s’y retrouver, la boisson porte un nom associé au bienfait désiré : Le Guerrier, Immunitaire, Bombe verte, Le Tout-puissant ou encore Antioxydant. D’autres boissons curieuses à tester ? L’eau de chlorophylle en libre-service, l’herbe de blé et le concentré d’algues.

Un concept ouvert même aux non-crudivores

crudessence-manifeste-comptoir-restoVéritable passionnée de l’alimentation vivante, Leticia Amaral précise tout de même que cette cuisine particulière est ouverte à tous, même à ceux qui ne l’adoptent pas au quotidien :

On n’est pas des militants véganes ou crudivores comme on le voit ailleurs, mais il y a toujours une petite voix qui nous parle quand on mange mal ou que ça ne va pas bien. C’est déjà une expérience de franchir la porte de Crudessence à la découverte de cette alimentation. L’idée est de connaître la provenance de nos aliments, savoir de quoi ils sont faits réellement et s’ils sont nutritifs pour avoir de l’énergie toute la journée .»

En jetant un coup d’œil au menu, le visiteur remarquera toutefois des mélanges cru/cuit ou des plats intégralement cuits.

crudessence-local-comptoir-restoOn ne peut pas laisser passer la chance de manger du quinoa, si riche en protéines, ou des haricots noirs, riches en fer et en vitamines. On propose aussi la soupe indienne dalh, un plat composé d’algues, de lentilles rouges et lait de coco. Ces aliments nécessitent d’être cuits quoi qu’il en soit, c’est pour cela qu’on se permet ces écarts quand ils sont justifiés par leur valeur nutritive. On ne veut pas tomber dans le mythe du cru à tout prix », explique la propriétaire.

Et si vous voulez aller plus loin, Crudessence offre également des cours à l’arrière du restaurant pour reproduire à la maison cette alimentation vivante, bien souvent inspirée des cuisines du monde. La première conférence d’introduction mensuelle est toujours gratuite. Compter à partir de 85 $ pour les trois heures de cours.

Prochains cours de l’Académie Crudessence

Mardi 12 juillet (Lebourgneuf) et jeudi 25 août de 19 h à 20 h : conférence d’introduction gratuite

Mercredi 13 juillet de 18 h 30 à 21 h 30 : Jus, smoothies et laits de noix

Jeudi 14 juillet de 18 h 30 : Tour du monde en salades

Lundi 1er août de 18 h 30 : Cuisine légère sans noix

Mardi 2 août à 18 h 30 : Mi-cuit, mi-cru… et sans gluten

On retrouve le calendrier des cours sur le site de Crudessence.

Crudessence837, rue Saint-Joseph Est581 741-1951