Le retour du grand héron

Héron, parc linéaire de la rivière Saint-Charles
Publicité

 

Si vous marchez régulièrement sur les sentiers du parc linéaire de la rivière Saint-Charles, vous pouvez remarquer que la flore se modifie au gré des saisons. Quel plaisir de découvrir périodiquement de nouveaux feuillages, fleurs et fruits de toutes les couleurs!

Il en va de même des oiseaux. Les canards ont leurs petits au printemps, et toute la marmaille suit la cane l’été durant. Je ne m’y connais pas en ornithologie, mais il semble y avoir aussi quelques cormorans à aigrettes. Ils ressemblent à des canards noirs. Un samedi, alors que je courais dans le secteur de l’Anse-à-Cartier, ils faisaient les beaux sur des roches, au grand plaisir des photographes amateurs.

L’arrivée du grand héron

Au mois d’août, c’est l’arrivée des grands hérons. J’aime contempler ces gigantesques oiseaux. Habituellement, il y en a deux que je vois chaque année dans le quartier. Ils y sont encore : je les ai croisés encore avant-hier.Héron, parc linéaire de la rivière Saint-Charles Je me rappelle ma première rencontre avec un héron dans mon voisinage. Je marchais pour aller travailler un matin quand un passant m’a avisée qu’un grand oiseau était perché sur le bord de la Marina Saint-Roch. Une chance qu’il m’a avertie, car je ne l’avais pas vu, et son envol m’aurait surprise! Je pense qu’il dormait perché sur une patte, comme vous pouvez le remarquer sur la photo. Il n’est pas dans la position gracieuse qui nous laisse voir son cou élancé et toute sa finesse. Je n’étais même pas certaine de sa race, que j’ai pu confirmer grâce à un site que je recommande aux ornithologues novices.

À vous maintenant de jouer à « Où est Charlie, le grand héron » avant qu’il reparte avec la fin de l’été !