Le 5e anniversaire de la belle de Saint-Roch

La Korrigane méchouiLorsqu’on demande à Catherine Foster quel est son sentiment quant au chemin parcouru à La Korrigane depuis cinq ans, elle répond spontanément : « Ça passe vite ! » Elle a bien raison. En me préparant pour le 5e anniversaire de la brasserie artisanale, je me suis dit : « Cinq ans ? Y me semble que ça fait juste deux ans… »La seule explication que j’ai trouvée, c’est que la vie défile rapidement en compagnie d’une belle fille. Je dois avouer que je suis un adepte de la première heure. J’ai vu La Korrigane presque naître, s’améliorer, se vêtir d’une terrasse et récemment d’une nouvelle décoration intérieure qui lui sied bien.

Publicité

Une tradition brassicole insoupçonnée

Lors de la Soirée des médias et commerçants jeudi dernier, j’ai eu la chance d’être attablé avec le couple d’historiens Catherine Ferland et Dave Corriveau. Leur dernier livre portant sur la Corriveau (un adon) a été finaliste aux prix du Gouverneur général. Les deux m’ont avoué être en préparation d’un ouvrage sur l’intendant Jean Talon. Jean Talon fut l’intendant de la bière, il brassait tout près de la Korrigane. Son fief, Notre-Dame-des-Anges, s’étendait sur le quartier Saint-Roch. Le couple m’a appris que l’on cultivait du houblon non loin, sur les rives de la rivière Saint-Charles.

Deux nouveautés remarquables

Le premier brassin de Saison de La Korrigane m’avait épaté. Je leur avais d’ailleurs suggéré de la mettre en nomination pour un concours. J’étais certain que cette bière gagnerait une médaille ou ferait très bonne figure. Puisque la brasserie n’a pas le droit de vendre de la bière à l’extérieur à cause de son appellation artisanale, peut-être ne peut-elle pas la sortir pour les concours non plus ?Qu’à cela ne tienne, on récidive pour ce 5e anniversaire avec une Saison aux framboises absolument magnifique! Pour 500 litres de bière (un brassin), il faut écraser 25 kilos de framboises au pile-patate. J’ai demandé à Catherine Foster de me la décrire : « aromatique citronnée amenant une sécheresse rafraîchissante ». Avec une finale terreuse, elle a un côté épicé et poivré.Saison aux framboises

La Black Kraken, une IPA en noir

La Kraken est un classique ici. Il est arrivé à la brasserie d’en manquer tellement elle est populaire. Des clients ne boivent que la Kraken, c’est tout dire ! Voici comment Catherine décrit cette nouvelle mouture qui serait là pour rester, enfin nous l’espérons :

Ce n’est pas une cream ale mais plutôt un mélange entre stout et IPA qui donne beaucoup de fraîcheur; elle est plus pétillante qu’une stout. Au nez, on remarque la présence marquée du houblon. Il y a un côté résineux qui rappelle les conifères. »

Kraken_IPA

Longue vie!

Lorsqu’on demande à Catherine Foster ce qu’elle pense de l’arrivée imminente de Noctem et de Griendel, elle répond avec enthousiasme qu’elle a hâte de connaître ses nouveaux collègues : « J’ai hâte au circuit ». Nous avons tous hâte au fameux circuit, un parcours des microbrasseries de Limoilou à Saint-Sauveur. Nous trinquerons un jour aux précurseurs brassicoles de Saint-Roch qui auront rendu possible ce renouveau dynamique et économique de la Basse-Ville !Certains amateurs de bières disent que la bière de La Korrigane ne goûte pas assez. Ils ravaleront leurs paroles grâce à ces deux nouveautés ! Il est vrai que les Korrigans semblent préférer la subtilité plutôt que l’amertume ou les effets « marteau » de fond de gorge. J’apprécie pour ma part la délicatesse et la finesse des bières proposées.Que ferions-nous maintenant sans la belle Korrigane ? Il y aurait un immense vide dans le quartier. Souhaitons-lui plusieurs années de navigation et de découvertes prospères.Bonne fête et longue vie à la Brasserie artisanale La Korrigane !