Jean-Paul L'Allier : la capitale perd un « grand supporter »

Source : Le Journal de Québec, Kathryne Lamontagne, 2 juin 2015 

Publicité

jean-d9f87b49-2f1c-4607-b6fa-6f02f747e4ba_JDX-NO-RATIO_WEBPour l’ancien maire de Québec Jean-Paul L’Allier, nul doute que l’ex-premier ministre Jacques Parizeau a été « le » politicien, « tous niveaux confondus », qui a «le plus aidé à la réhabilitation du centre-ville» de la capitale, notamment grâce à sa capacité de prendre des décisions. (...)

Revitalisation

À ses yeux, le premier ministre Parizeau a toujours été un allié pour la capitale. Au milieu des années 1990, M. L’Allier, alors maire de Québec, lui avait présenté son plan pour St-Roch. « À l’époque, les ministères n’étaient pas chauds à l’idée de revitaliser St-Roch, tout le monde voulait développer en banlieue », affirme-t-il. (...)Jean-Paul L’Allier voulait alors installer la future école d’administration publique au cœur de la basse-ville et non pas à Sainte-Foy, tel qu’envisagé. « Je lui avais expliqué avec des cartes, dans son bureau, ce qu’on voulait faire. C’était un jeudi. Il m’a dit : ‘‘samedi matin, si vous êtes libre, on va aller marcher là’’ », explique-t-il.Le samedi suivant, messieurs L’Allier et Parizeau déambulaient dans ce qui est devenu le jardin St-Roch. « On a discuté pendant une heure, sous la pluie, on avait nos parapluies, son épouse était là. Je lui montrais ce qu’on voulait faire, je voyais l’école d’administration à une place, telle chose à une autre. On a discuté longtemps et il a dit oui. Et quand il disait oui M. Parizeau, c’était oui. Ce n’était pas, ‘‘oui, je vais y penser’’. C’était oui. » (...)[ Tout l'article. À lire aussi : De «Plywood City» au Jardin de Saint-Roch – Dossier 20e anniversaire. ]