Cases et possibles : va, mon livre…

Cases_et_possibles_en répétition__3_courtoisie
Cases et possibles en répétition. Crédit photo : courtoisie.

Fruit d’une commande du festival Québec en toutes lettres, Cases et possibles est présenté jusqu’au 18 octobre dans le réseau de la Bibliothèque de Québec. La Petite Scène de la bibliothèque Gabrielle-Roy, où près d’une quarantaine de personnes ont défié la capacité d’accueil, était l’hôte dimanche de la première de cette production multidisciplinaire de Parenthèses 9.

Publicité

La proposition de départ : présenter des extraits de textes d’auteurs contemporains – Margaret Atwood (La porte, Le dernier homme), Russell Banks (American Darling, Continents à la dérive) Dany Laferrière (L’énigme du retour), Yann Martel (101 lettres à un premier ministre), John Saul (discours « Charlie Hebdo, et après ») – sur une trame dessinée et musicale créée en directe. Judicieusement choisis, les extraitstextes mis en lecture par Vincent Champoux tournent autour du thème la liberté d’expression. Le récit, développé par Champoux et Raymond Poirier, fait ainsi jaillir des scènes des plus actuelles d’oppression politique, de peur de l’autre, de censure, de migration… Introduits par le synopsis de l’œuvre dont ils sont tirés, les extraits sont lus par les comédiens Emmanuel Bédard et Jessica Ruel-Thériault.La trame dessinée exige de Catherine Lemieux et Alex Carou une chorégraphie particulière – et ce ne sont pas tous les dessinateurs qui acceptent de se prêter à ce jeu, mentionne Raymond Poirier, directeur général de Parenthèses 9, voué à affranchir la BD des planches à dessin. Se succédant ou se rejoignant sous le rétroprojecteur, les mains des deux jeunes bédéistes manient le feutre, le pinceau, le compte-gouttes, le collage, la superposition d’acétates, tandis que Nicolas Jobin combine séquences audio préenregistrées et interprétations en direct. Apparaissent ainsi les traits d’une foule qui se soulève, le paysage urbain de Port-au-Prince ou de Montréal, la fumée noire emportant les auteurs réduits au silence ou exécutés, la caricature d’un Steven Harper au coin du feu, jetant un à un dans les flammes les livres recommandés par Yann Martel dans ses lettres…Concert illustré, lecture publique ou bande dessinée en direct, l’expérience rejoint le bédéphile, l’amateur de théâtre, voire le fan de cinéma d’animation. Pour ceux qui ont déjà lu les œuvres échantillonnées, cette relecture animée ouvre sur une redécouverte qui chatouille l’imaginaire. Les autres pourraient bien en ressortir avec l’envie d’aller lire les œuvres intégrales.Cases et possibles est présenté à nouveau :

  • mardi 13 octobre, 18 h à la Maison de la littérature
  • mercredi 14 octobre, 19 h à la bibliothèque Paul-Aimé-Paiement
  • jeudi 15 octobre, 19 h à la bibliothèque Aliette-Marchand
  • vendredi 16 octobre, 19 h à la bibliothèque de Neufchâtel
  • samedi 17 octobre, 14 h à la bibliothèque Monique-Corriveau
  • dimanche 18 octobre, 11 h à la bibliothèque Étienne-Parent

Les représentations sont gratuites, la réservation est fortement suggérée. Pour poursuivre la découverte de la BD en direct après Québec en toutes lettres (QETL), la LIQIBD (Ligue québécoise d’impro BD) tient des matchs mensuels au Cercle. Le calendrier des matchs est inscrit à l’agenda Monsaintroch.com, où l’on trouve aussi des activités de QETL qui se tiennent dans le quartier.