Mois-Multi : Concerto au Sol

Crédit photo : Antonin Monmart
Collaboration spéciale : Vincent Massé-Gagné« Un jour, je me suis dit que j’étais tanné d’utiliser la souris de mon ordinateur pour faire ma musique. J’avais besoin de la faire passer par mon corps »nous raconte Félix Boisvert, à chaud, quelques minutes après la première représentation de Concerto au sol au Mois Multi hier soir. L’artiste formé au Conservatoire de musique de Montréal a en effet choisi ses mains pour interpréter une musique au fil narratif assez particulier.Utilisant une peinture fluorescente et une lumière de type black light, il réussi à personnifier les instruments, l’environnement créé par le son ambiant, et offre au public de suivre sa main dans une valse tantôt touchante, tantôt rigolote.Si le voyage que nous propose Boisvert prend son départ de la musique, on comprend rapidement que les chemins qu’il nous fera emprunter seront bien différents de ceux auxquels on nous a habitué. À quelque part entre le théâtre de marionnettes, le spectacle de musique, la performance de danse et la projection vidéo, le spectateur se retrouve agréablement déboussolé par un univers complet tout en poésie.Il est à noter que tous les effets sonores produits par le personnage manipulé par l’artiste sont créés en direct. Ce processus témoigne d’une agilité extrême, mais également d’une grande implication auprès de l’auditoire, puisqu’on aurait pu tout simplement faire le choix de répéter une routine sur une bande sonore.Captivant et émerveillant de par sa grande simplicité poétique, les adultes sauront autant l’apprécier que leurs enfants. Un cinquante minutes que l’on voudrait des heures.Concerto au sol sera en représentation pour la dernière fois ce soir, mercredi 26 février, à 19 h 30.

Publicité