Lien cycliste entre haute et basse ville de Québec : un oui plus modeste

Source : Le Soleil, Annie Mathieu, 2 mai 2014 L'idée d'aménager un lien entre la haute et la basse ville pour aider les cyclistes à gravir le dénivelé qui les sépare n'est pas enterrée. Mais le conseiller municipal responsable des sports et des loisirs, Sylvain Légaré, prévient que cela ne pourra pas être réalisé à «n'importe quel coût». (...)Il y a un peu plus de deux ans, la Ville avait laissé tomber l'idée d'inclure une piste cyclable et un remonte-pente pour vélo d'inspiration norvégienne dans le projet de réfection de la côte de Sillery. Celui-ci était évalué à 1,3 million $. Il a également été question d'un lien mécanique «costaud» sous l'autoroute Dufferin-Montmorency. Ce projet, porté par l'ancien vice-président du conseil exécutif, François Picard, a également été mis de côté. (...)Le directeur général d'Accès transports viables, Étienne Grandmont, croit pourtant que les besoins pour de telles installations sont criants. (...)Environ 50 % de la population de Québec et de Lévis pratique le vélo, selon les chiffres d'Accès transports viables. Mais ce n'est qu'une infime minorité de ces cyclistes, soit 1 %, qui se serviraient de leur véhicule à deux roues pour se déplacer pour aller au travail ou pour effectuer des courses par exemple. (...)[ Tout l'article. À lire aussi : Première édition du Mois du vélo à Québec. ]