La magie de la rue

La magie. Ça fascine. Ça réunit.Et on oublie souvent l’effet que ça fait. Les Oh!, les Ah! et les rires. On les oublie. Il suffit de croiser un super magicien de rue pour tout à coup redevenir un enfant. Un adulte fasciné comme un enfant qui essaie de comprendre. Pourtant, on le sait. On a vu des documentaires, des émissions de variétés, lu des bouquins qui le disent : la magie c’est savoir manipuler les choses, distraire l’assemblée de ce qui se passe vraiment, etc.Malgré ce savoir, il reste qu’on est toujours fasciné.Et c’est là, que le Festival de Magie de Québec nous a amené ce week-end : le territoire de la fascination, de la surprise, du rire, des Oh! et des Ah!.C’est leur quatrième année d’existence et la première dont je sens réellement la présence dans les rues de Saint-Roch. Et ce malgré la pluie de dimanche. La place du Parvis était le théâtre de performances gratuites, d’animations, de jeux, de bulles de savon. Mentionnons la présence de la « boîte à film » du FCVQ qui présentait du Méliès — qui restera sur place pour la durée du Festival de Cinéma pour présenter La vie est une vraie fiction animée dont ma collègue Suzie vous a déjà parlé.Puis, il y avait les magiciens de rue, les séances de photos avec Benjo, les spectacles et ateliers de magie au Benjo… Il y avait de la vie dans les rues de Saint-Roch ce week-end. Et je crois que cette année, l’événement a réussi à montrer ce qu’est la magie dans nos coeurs d’enfants.Je ne sais pas comment étaient les spectacles payants, mais si je pouvais juger le succès seulement sur ce qui se passait dans la rue, je vous dirais : mission accomplie.

Publicité