Québec sur la planète design

Source : Le Devoir, Jean-Claude Poitras, 30 juin 2012L’hôtel Pur figure parmi les incontournables qui ont contribué à la revitalisation du quartier Nouvo St-Roch, à Québec.Québec ne vit pas uniquement au rythme de son passé glorieux et de son architecture ancienne, qu’elle protège jalousement depuis des lustres. L’intégration de l’art public contemporain à sa grande histoire en fait aujourd’hui la figure de proue d’un avant-gardisme visionnaire que le monde entier commence à reconnaître. Cette ville d’art et d’histoire, si vibrante et dynamique, trouve un nouveau souffle qui propulse le design comme moteur culturel et économique de la vieille capitale.C’est ainsi que, sous la pulsion de ses créateurs de tous les horizons, Québec prend des allures de ville de design qui méritent d’être soulignées et célébrées. Une escapade design vous fera succomber aux charmes irrésistibles de la modernité merveilleusement intégrée au respect de la grande tradition.Le quartier Saint-Roch renouvelé, aujourd’hui connu sous le vocable de Nouvo St-Roch, est devenu depuis quelques années la mecque du design au centre-ville de Québec avec ses lieux d’exposition, ses pôles culturels, ses cafés et bistros du monde, ses ateliers d’artisans, ses boutiques de créateurs, ses boîtes de publicité, de communication et de nouvelles technologies.Cette image de marque réactualisée n’en finit plus de fasciner les aficionados de la planète branding. Sans cesse en mouvement, des lieux créatifs s’y installent à la vitesse grand V et ont su insuffler l’esprit du Nouvo St-Roch, où flotte un parfum de nouvelle vague comme une ode à la créativité de ses résidants.Parmi les événements récents, il faut mentionner le grand succès du premier Festival Québec Mode, une fête haute en couleur mettant en lumière les créations des de signers québécois.Idem pour le défilé vintage revisitant plus d’une soixantaine de créations haute couture des années 1940, 1950 et 1960 ayant appartenu à Lucille Bégin, une fashionista de Lévis décédée en 2011 et qui a voulu laisser l’élégance en héritage en appuyant la cause de la Maison de Marthe, un organisme admirable qui s’est donné pour mission de venir en aide aux femmes désirant sortir des affres de la prostitution.Un autre moment marquant aura été l’ouverture, le 30 mai dernier, de la boutique de mode Signatures québécoises au sous-sol de l’église Saint-Roch. Cette vitrine exceptionnelle regroupant plus de 25 designers, tout en présentant les collections de griffes confirmées comme Harricana par Mariouche et Myco Anna, deux pionnières de la mode écologique au Québec, aussi bien que celles de Muse par Christian Chenail et de Tavan Mitto, s’est également dotée d’une raison d’être essentielle, celle de faire la promotion de nos créateurs de la relève, autant dans les vêtements que dans les accessoires.Parmi les incontournables du quartier qui ont contribué à la revitalisation du Nouvo St-Roch, il est impératif de citer le grand magasin Laliberté, un pilier d’hier et d’aujourd’hui, de même que l’hôtel Pur et son resto Table, le bistro Les Bossus, la boutique du designer montréalais Philippe Dubuc, le magasin Mà et ses meubles tendance ethnique-chic, l’espace John Fluevog et ses chaussures mythiques pour femmes et hommes, Balthazar, un antre de bon goût dédié aux arts de la table et aux objets décoratifs, de même que l’auberge urbaine Le Vincent, un petit bijou d’hôtel de charme.L’autre contribution majeure à la nouvelle orientation de « Québec, ville de design » aura été sans doute la concrétisation de la promenade Samuel-De-Champlain.Ce grand parc de plus de 2,5 kilomètres aménagé le long du Saint-Laurent, qui avait pour but de redonner le fleuve aux Québécois, reste un legs fondamental du gouvernement à la capitale pour son 400e anniversaire. Cette oasis en pleine ville fut un ambitieux projet qui s’est doté dès le départ d’une idée audacieuse. Tout au long de ce corridor du littoral, on fait corps avec la nature, ça va de soi, mais dans un environnement épuré à l’architecture de paysage exemplaire intégrant merveilleusement bien design urbain et de sign de mobilier.Lauréate d’une multitude de prix et de distinctions, tant nationaux qu’internationaux, cette réalisation d’envergure est déjà entrée dans la légende en misant sur l’art public contemporain.Ce musée d’art moderne à ciel ouvert se veut également un parc et un écrin comprenant 12 zones verdoyantes dépouillées de tout aménagement superflu qui accueillent neuf oeuvres d’art, des sculptures con tem poraines monumentales créées par quelques-uns des artistes québécois les plus renommés, allant de Jean-Pierre Morin à Hélène Rochette, de Lewis Pagé à Charles Daudelin, pour un environnement à la beauté saisissante où l’art et la nature ne font qu’un.Lire la suite ] 

Publicité